mercredi 3 juin 2020
A VOIR

|

Deux ans ferme pour la mule qui a « livré » Alfonsi

Publié le

Procès hors norme ce mardi matin, celui d’une américano-vénézuélienne arrêtée l’an dernier à l’aéroport en possession de 638 grammes d’ice. La mule en manque d’argent avait accepté le voyage commandité depuis le Mexique par Tamatoa Alfonsi. Et c’est grâce à ses déclarations que ce dernier avait pu être localisé et interpellé.

Publié le 22/10/2019 à 20:00 - Mise à jour le 23/10/2019 à 16:08
Lecture 2 minutes

Procès hors norme ce mardi matin, celui d’une américano-vénézuélienne arrêtée l’an dernier à l’aéroport en possession de 638 grammes d’ice. La mule en manque d’argent avait accepté le voyage commandité depuis le Mexique par Tamatoa Alfonsi. Et c’est grâce à ses déclarations que ce dernier avait pu être localisé et interpellé.

C’est une femme de 39 ans qui aura fait tomber Tamatoa Alfonsi et Maitai Danielson. En octobre 2018, cette Américano-Vénézuélienne se faisait interpeller à sa descente d’avion. Elle transportait in corpore 123 grammes d’ice, mais aussi 515 autres grammes cachés dans le double fond de son sac. Ce qu’elle ignorait.

Quelques jours plus tôt, elle avait fait la connaissance de Tamatoa Alfonsi à Tijuana au Mexique par l’intermédiaire d’un vieil ami. Ce proche était censé l’aider car sa famille était menacée au Venezuela pour une dette d’argent. 

« Elle s’est retrouvée à devoir, à un moment donné, 25 000 dollars à des Vénézuéliens qui ne vont pas passer par les voies légales de justice, devant un tribunal, pour se faire rembourser, et qui ont clairement menacé sa famille, qui sont venus physiquement à la maison de sa mère et de sa sœur, raconte Me Varrod, son avocat. Sa sœur l’a appelée en pleurant au téléphone au Venezuela, en lui disant il faut que tu nous trouves une solution. »

Et la solution consistera à jouer les mules pour le compte d’Alfonsi avec la promesse d’empocher 20 000 dollars à l’arrivée. Ce sont pourtant les douaniers qui l’attendaient à l’aéroport de Faa’a. Lors de sa garde à vue, la trentenaire a commencé par donner des versions farfelues. Puis elle a fini par se mettre à table, livrant l’adresse précise de Tamatoa Alfonsi et de Maitai Danielson au Mexique, ce qui a permis leur interpellation. Une collaboration qui méritait une réduction de peine pour son avocat.

« C’est elle qui a révélé l’existence et l’endroit où se trouvaient ces deux personnes. Donc j’ai demandé au tribunal de prendre en compte cette révélation, et d’ailleurs on lui a presque reproché en lui disant, madame, vous avez voulu abaisser votre responsabilité pénale, vous n’avez cherché qu’à ça, déclare Me Varrod. Mais c’est le but, c’est inscrit dans la loi que les personnes qui dénoncent les auteurs bénéficieront d’une réduction de peine. »

L’Américano-Vénézuélienne a finalement été condamnée à deux ans de prison ferme, soit deux ans de moins que ce que demandait le procureur. Elle a également écopé d’une amende douanière de 63,8 millions de Fcfp et a interdiction définitive de séjourner sur le territoire français. A sa sortie de Nuutania, dans les prochains mois, elle devrait donc être expulsée de Polynésie.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Travaux de rebitumage à Papenoo

Des travaux de rebitumage sur la RT2, du PK 17,90 au PK 19,67, puis du PK 14,54 au PK 15,80 côte Est, à Papenoo, dans la commune associée de Hitia’a O Te Ra, vont démarrer à compter du mardi 2 juin.

Vente d’alcool : la FGC demande à « revenir d’urgence...

Malgré le nouvel allègement des mesures de restriction sur la vente d'alcool à compter du mardi 2 juin, la Fédération Générale du Commerce (FGC) indique dans un communiqué ne pas être du tout satisfaite de la décision prise par le Conseil des ministres.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV