mercredi 5 mai 2021
A VOIR

|

Deux ans ferme pour la mule qui a « livré » Alfonsi

Publié le

Procès hors norme ce mardi matin, celui d’une américano-vénézuélienne arrêtée l’an dernier à l’aéroport en possession de 638 grammes d’ice. La mule en manque d’argent avait accepté le voyage commandité depuis le Mexique par Tamatoa Alfonsi. Et c’est grâce à ses déclarations que ce dernier avait pu être localisé et interpellé.

Publié le 22/10/2019 à 20:00 - Mise à jour le 06/08/2020 à 15:17
Lecture 2 minutes

Procès hors norme ce mardi matin, celui d’une américano-vénézuélienne arrêtée l’an dernier à l’aéroport en possession de 638 grammes d’ice. La mule en manque d’argent avait accepté le voyage commandité depuis le Mexique par Tamatoa Alfonsi. Et c’est grâce à ses déclarations que ce dernier avait pu être localisé et interpellé.

C’est une femme de 39 ans qui aura fait tomber Tamatoa Alfonsi et Maitai Danielson. En octobre 2018, cette Américano-Vénézuélienne se faisait interpeller à sa descente d’avion. Elle transportait in corpore 123 grammes d’ice, mais aussi 515 autres grammes cachés dans le double fond de son sac. Ce qu’elle ignorait.

Quelques jours plus tôt, elle avait fait la connaissance de Tamatoa Alfonsi à Tijuana au Mexique par l’intermédiaire d’un vieil ami. Ce proche était censé l’aider car sa famille était menacée au Venezuela pour une dette d’argent. 

« Elle s’est retrouvée à devoir, à un moment donné, 25 000 dollars à des Vénézuéliens qui ne vont pas passer par les voies légales de justice, devant un tribunal, pour se faire rembourser, et qui ont clairement menacé sa famille, qui sont venus physiquement à la maison de sa mère et de sa sœur, raconte Me Varrod, son avocat. Sa sœur l’a appelée en pleurant au téléphone au Venezuela, en lui disant il faut que tu nous trouves une solution. »

Et la solution consistera à jouer les mules pour le compte d’Alfonsi avec la promesse d’empocher 20 000 dollars à l’arrivée. Ce sont pourtant les douaniers qui l’attendaient à l’aéroport de Faa’a. Lors de sa garde à vue, la trentenaire a commencé par donner des versions farfelues. Puis elle a fini par se mettre à table, livrant l’adresse précise de Tamatoa Alfonsi et de Maitai Danielson au Mexique, ce qui a permis leur interpellation. Une collaboration qui méritait une réduction de peine pour son avocat.

« C’est elle qui a révélé l’existence et l’endroit où se trouvaient ces deux personnes. Donc j’ai demandé au tribunal de prendre en compte cette révélation, et d’ailleurs on lui a presque reproché en lui disant, madame, vous avez voulu abaisser votre responsabilité pénale, vous n’avez cherché qu’à ça, déclare Me Varrod. Mais c’est le but, c’est inscrit dans la loi que les personnes qui dénoncent les auteurs bénéficieront d’une réduction de peine. »

L’Américano-Vénézuélienne a finalement été condamnée à deux ans de prison ferme, soit deux ans de moins que ce que demandait le procureur. Elle a également écopé d’une amende douanière de 63,8 millions de Fcfp et a interdiction définitive de séjourner sur le territoire français. A sa sortie de Nuutania, dans les prochains mois, elle devrait donc être expulsée de Polynésie.

infos coronavirus