jeudi 28 mai 2020
A VOIR

|

Assises : Condamné à 10 ans de prison pour des viols sur deux nièces

Publié le

L’accusé, un homme de 36 ans, avait agressé durant des années deux jeunes nièces qui vivaient sous le même toit que lui. Des faits qu’il a reconnus à la barre. Le verdict de ce dernier procès des assises est tombé ce soir.

Publié le 31/10/2019 à 19:14 - Mise à jour le 31/10/2019 à 19:20
Lecture 2 minutes

L’accusé, un homme de 36 ans, avait agressé durant des années deux jeunes nièces qui vivaient sous le même toit que lui. Des faits qu’il a reconnus à la barre. Le verdict de ce dernier procès des assises est tombé ce soir.

Un homme était jugé depuis mercredi matin pour des viols commis sur deux jeunes nièces âgées d’une dizaine d’années au moment des faits. Les petites vivaient dans la même maison que le trentenaire chez ses grands-parents faamu. Et durant des années, les soirs de week-end, il s’introduisait ivre dans leur lit pour s’en prendre à elles. Jusqu’au 21 août 2013, jour où la plus jeune se confie à une assistante sociale qui alerte les autorités.

Seule l’une des deux victimes assiste au procès. Pour la seconde, brisée, venir était au-dessus de ses forces. Ce qui arrive couramment dans ce type d’affaire pour son avocat : « C’est souvent le ressenti des victimes de viol qui, à l’évocation simple des faits, vont se mettre tout d’un coup à revivre la scène qu’elles ont vécu. Et cette réminiscence-là est insupportable pour elles » déclare maître Edouard Varrod.

Et pour noircir encore un peu plus le tableau, la jeune fille n’a pu à aucun moment compter sur le soutien de ses proches. Ses grands-parents comme ses parents n’ont cessé de l’accuser de mensonges au cours de la procédure. « C’est extrêmement choquant, et c’est d’autant plus difficile pour une victime de s’exprimer, que sa propre famille essaie de taire la vérité sur les faits » ajoute maître Varrod.

L’accusé a pourtant reconnu que les deux jeunes filles disaient vrai. Enfant déboussolé, devenu un adulte ne contrôlant pas ses pulsions, lui aussi a fait les frais d’une famille toxique selon son avocat. Ce qui ne le dédouane pas pour autant. « Il sait qu’il risque une lourde peine, mais ce n’est pas grave, il veut assumer ses responsabilités, pour pouvoir redémarrer quelque part sa vie même si c’est dans le cadre d’une détention, peu importe, et pour permettre aussi à ses victimes de pouvoir continuer et avancer » explique maître Teremoana Hellec, avocat de l’accusé.

Le sort du trentenaire était entre les mains des jurés ce jeudi : 3 hommes et 3 femmes. L’avocate générale avait requis à l’encontre du trentenaire, une peine comprise entre 13 et 14 années de réclusion. L’accusé a finalement été condamné ce jeudi à dix ans de prison ferme.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV