samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Assises : l’homme de 71 ans jugé pour meurtre finalement acquitté

Publié le

“Je n’avais pas d’autres solutions. C’était le seul moyen de me protéger”, avait déclaré lundi l’accusé. Un vieil homme de 71 ans jugé pour meurtre encourrait jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle. Il a finalement été acquitté mardi.

Publié le 19/02/2020 à 8:35 - Mise à jour le 19/02/2020 à 11:14
Lecture < 1 min.

“Je n’avais pas d’autres solutions. C’était le seul moyen de me protéger”, avait déclaré lundi l’accusé. Un vieil homme de 71 ans jugé pour meurtre encourrait jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle. Il a finalement été acquitté mardi.

A quelques jours de Noël 2015, la soirée avait tourné au drame sur le petit atoll de Marokau. Un homme de 23 ans venait de rendre son dernier souffle.

Quelques minutes plus tôt, la victime s’était violement disputée avec sa compagne. Par peur, celle-ci s’était réfugiée chez son oncle, qui est également son voisin.

Âgé de 67 ans à l’époque, le vieil homme dit s’être interposé pour protéger la jeune femme et avoir lui aussi pris des coups.

Il s’est alors saisi une longue lance affublée d’un couteau d’une lame de 20 centimètres. Et a frappé à plusieurs reprises la victime, morte vidée de son sang.

5 ans de prison assortis en totalité ou en partie du sursis ont été requis. Jugé depuis lundi et accusé de meurtre, le septuagénaire a finalement été acquitté mardi.  Le parquet ne fera pas appel de la décision.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.