samedi 28 mars 2020
A VOIR

|

Assises : l’ex-entraîneur de l’AS Aorai jugé en appel pour viols

Publié le

La première session de l’année de la cour d’assises s’ouvre demain matin au palais de justice. Parmi le procès attendu : celui en appel de l’ex-entraîneur de boxe de l’AS Aorai accusé de viols sur plusieurs jeunes. Mais aussi celui d’un septuagénaire jugé pour le meurtre de son voisin, en décembre 2015 sur l'atoll de Marokau.

Publié le 10/02/2020 à 15:46 - Mise à jour le 11/02/2020 à 16:08
Lecture < 1 min.

La première session de l’année de la cour d’assises s’ouvre demain matin au palais de justice. Parmi le procès attendu : celui en appel de l’ex-entraîneur de boxe de l’AS Aorai accusé de viols sur plusieurs jeunes. Mais aussi celui d’un septuagénaire jugé pour le meurtre de son voisin, en décembre 2015 sur l'atoll de Marokau.

Durant plus de deux semaines, les jurés auront à se prononcer sur le sort des accusés qui leur feront face. 

Parmi eux, Thierry T., condamné à la peine maximale de 20 ans de prison en septembre 2018. L’ex-entraîneur de boxe de l’AS Aorai est rejugé en appel du 24 au 26 février.

L’homme est accusé d’avoir violé 4 mineurs au sein-même des bâtiments du club sportif, ainsi que d’avoir filmé certains des ébats. Des faits qu’il avait niés lors de son premier procès, sans convaincre.

Autre dossier inscrit au rôle, celui d’un homme de 71 ans aujourd’hui. Il comparaîtra pour le meurtre de son voisin de 23 ans en décembre 2015 à Marokau aux Tuamotu. La victime se disputait avec sa compagne et celle-ci s’était réfugiée chez le septuagénaire. Le jeune homme l’avait suivie et les choses avaient dégénéré, le vieil homme portant deux coups de couteau fatals. Il risque 30 ans de prison.

Deux mineurs seront aussi jugés lors de cette session. Le premier est accusé de tentative de meurtre et le second d’assassinat. En décembre 2017, après une journée alcoolisée, il avait poignardé au cœur l’un de ses cousins qui l’avait frappé un peu plus tôt. Compte-tenu de leur minorité au moment des faits, leurs procès se tiendront à huis clos.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : téléchargez la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire

Pendant le créneau du couvre-feu en Polynésie, les personnes qui circulent pour les motifs précités devront présenter aux forces de l’ordre les attestations obligatoires. Pendant la durée du couvre-feu, les anciennes attestations de déplacement dérogatoire ne doivent désormais plus être utilisées et sont remplacées par l’attestation nationale en annexe.

Covid-19 : dans le quotidien des sapeurs-pompiers

Si les professionnels de santé sont en première ligne dans la lutte contre le Covid-19, les sapeurs-pompiers prennent aussi des risques. Exemple avec ceux de la commune de Punaauia qui, tous les jours, laissent leur famille à la maison pour venir en aide à la population.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV