dimanche 5 juillet 2020
A VOIR

|

Air Moorea : Pour les familles, les témoins-experts sont « payés pour défendre une thèse »

Publié le

Le procès du crash d’Air Moorea vient de reprendre après un week-end de pause. Comme en fin de semaine, des témoins-experts cités par la défense sont venus à la barre pour mettre en doute la rupture du câble de gouverne en vol comme facteur explicatif de l’accident. Des conclusions jugées partiales pour les familles des victimes qui s’en indignent.

Publié le 18/11/2019 à 15:30 - Mise à jour le 21/11/2019 à 8:40
Lecture 2 minutes

Le procès du crash d’Air Moorea vient de reprendre après un week-end de pause. Comme en fin de semaine, des témoins-experts cités par la défense sont venus à la barre pour mettre en doute la rupture du câble de gouverne en vol comme facteur explicatif de l’accident. Des conclusions jugées partiales pour les familles des victimes qui s’en indignent.

Le ballet des témoins de la défense se poursuit au procès Air Moorea. Après des experts en aéronautique et en médecine la semaine dernière, c’est un ingénieur en mécanique qui a été cité à la demande de la compagnie et des autres prévenus ce matin.

Comme ses prédécesseurs, il a écarté la piste de la rupture du câble à cabrer du Twin Otter comme cause du drame du 9 août 2007. Une thèse pourtant retenue par les experts judiciaires et par le tribunal correctionnel, en première instance. Pour ce témoin-expert, la tension sur le câble en vol n’était pas suffisante pour qu’il rompe même s’il était usé à plus de 50%.

« Le BEA (Bureau d’Enquête et Analyse, NDLR) estime à 500 décanewtons, soit environ 500 kilos, la force qu’il faudrait pour que le câble rompt. La force en question en exploitation normale du vol est d’à peu près entre 50 et 64 décanewtons. La différence est extrêmement importante. Ce n’est donc pas dans le cadre de l’exploitation du vol que la cadre a pu se rompre. Il a fallu un phénomène extérieur, qu’on n’arrive pas à identifier en l’état » explique Me François Quinquis, avocat d’Air Moorea.

Pour les avocats de la défense, ce n’est donc pas la maintenance de l’appareil qui est en cause. Ce qu’ils soutenaient déjà devant le tribunal correctionnel. Mais la succession de ces intervenants, ulcère les proches des disparus. « Les nouveaux témoins et pas experts, sont à la fois médiocres et partiaux. Et surtout, ils ont une utilisation très approximative et partielle des données qui sont dans le dossier. (…) Ils ont été payés pour défendre une thèse qui n’est pas nouvelle, mais qui est très moyenne » déclare Nikolaz Fourreau, président de l’association 9-8-7.

Et si les parties civiles s’attendaient à ce type de défense, elles la jugent insupportable. « C’est très difficile et les familles le vivent très mal parce qu’on assiste toujours à la même mauvaise foi. (…) La vérité, c’est que l’atelier était dans un état pitoyable, les procédures de maintenance n’étaient pas respectées. Elles étaient médiocres » ajoute Nikolaz Fourreau.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV