A VOIR

|

Affaire Ravel-Le Gayic : Non-lieu pour Bouissou, Ravel poursuivi pour trafic d’influence

Publié le

Comme relaté dans les colonnes de Tahiti Infos, le juge d'instruction en charge de l'affaire Ravel-Le Gayic, vaste et ancienne affaire de corruption et de trafic d'influence, a décidé de renvoyer en correctionnelle Bill Ravel, Gaston Tetuanui et Jean Chin Foo pour trafic d'influence. Les poursuites concernant Jean-Christophe Bouissou et 6 autres personnes ont elles été abandonnées.

Publié le 06/12/2022 à 13:24 - Mise à jour le 06/12/2022 à 13:38
Lecture 2 minutes

Comme relaté dans les colonnes de Tahiti Infos, le juge d'instruction en charge de l'affaire Ravel-Le Gayic, vaste et ancienne affaire de corruption et de trafic d'influence, a décidé de renvoyer en correctionnelle Bill Ravel, Gaston Tetuanui et Jean Chin Foo pour trafic d'influence. Les poursuites concernant Jean-Christophe Bouissou et 6 autres personnes ont elles été abandonnées.

C’est une affaire qui date et dont les démêlées judiciaires continuent. Après un premier pan du dossier qui avait abouti aux condamnations de Cyril Le Gayic et de Bill Ravel pour corruption (les deux hommes ont fait appel), le juge Thierry Fragnoli, en charge de l’instruction de l’affaire dite “Ravel-Le Gayic” a rendu ses décisions lundi 5 décembre, sur le second pan de son enquête. Tahiti Infos rappelle que Bill Ravel est soupçonné d’avoir payé pour s’assurer l’appui d’hommes politiques sur son projet du King Tamatoa, ainsi que pour faire signer une convention en juillet 2006 entre sa société et le Pays.

Pour cette deuxième partie du dossier, Thierry Fragnoli avait ainsi rendu une ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel le 8 novembre dernier. Était inquiété Jean-Christophe Bouissou, actuel Vice-président du Pays, en tant que membre de Taui FM, à qui Bill Ravel avait versé 900 000 Fcfp en juin 2007, ce que les enquêteurs avaient constaté à l’issue d’une perquisition dans les locaux de la radio. Une somme alors considérée comme illégale puisque participant à la campagne électorale de M. Bouissou.

Ce dernier a ainsi déclaré qu’elles “ne pouvaient pas être enregistrées dans les comptes de campagne car elles dépassaient le seuil légal des dons en espèces” et avaient ainsi été versées sur le compte de la radio. Jean-Christophe Bouissou a par ailleurs affirmé qu’il n’avait pas autorisé son mandataire financier à percevoir cette somme, finalement considérée comme un sponsoring de radio.

Bill Ravel avait également remis 500 000 Fcfp à M. Bouissou par l’intermédiaire d’Emmanuel Sztejnberg-Martin, une somme également destinée à aider Taui FM selon le Vice-Président. Le juge d’instruction a finalement prononcé un non-lieu en faveur des trois hommes sur cette partie du dossier.

Lire aussi – Corruption présumée : Bill Ravel et Cyril Legayic renvoyés devant le tribunal

En revanche, les faits de trafic d’influence ont été retenus contre Bill Ravel et Gaston Tetuanui sur la convention de transport d’hydrocarbures entre la société SA Petrocean (propriété de Bill Ravel), et le gouvernement. Bill Ravel, qui estimait Gaston Tetuanui en homme d’influence, avait avoué au juge d’instruction avoir versé la somme de dix millions de Fcfp, “convertie en quatre parkings de 2,5 millions de Fcfp chacun”, pour le remercier.