jeudi 22 octobre 2020
A VOIR

|

Affaire Nivière : les derniers suspects du trafic d’ice jugés

Publié le

Les quatre derniers suspects dans un vaste réseau de trafic d’ice ont été jugés cet après-midi en comparution immédiate, au palais de justice. Un trafic organisé par le dénommé John Nivière dit "John John", déjà condamné à 7 ans de prison ferme.

Publié le 06/07/2020 à 17:37 - Mise à jour le 07/07/2020 à 10:08
Lecture < 1 min.

Les quatre derniers suspects dans un vaste réseau de trafic d’ice ont été jugés cet après-midi en comparution immédiate, au palais de justice. Un trafic organisé par le dénommé John Nivière dit "John John", déjà condamné à 7 ans de prison ferme.

Les quatre individus, trois hommes et une femme, enceinte de jumeaux, comparaissaient pour transport, détention, acquisition et usage de stupéfiants, ce lundi.

Lire aussi > Trafic d’ice : prison ferme pour trois hommes impliqués dans le dossier Nivière

La femme aussi surnommée « super revendeuse », a finalement été condamnée à 3 ans de prison ferme dont un an, avec sursis probatoire de 2 ans et une obligation de soins, mais aussi de formations ou d’un travail. Elle effectuera sa peine une fois sa grossesse terminée.

Deux des trois hommes ont été condamnés à 3 et 2 ans et demi de prison ferme, avec mandat de dépôt. Le dernier suspect, le consommateur, a lui écopé d’un an de prison avec sursis et d’une amende de 300 000 Fcfp.

infos coronavirus

Les programmes des vols internationaux d’octobre 2020 à mars 2021

Les compagnies aériennes internationales desservant la Polynésie française ont déposé, pour approbation, leurs programmes de vols pour la saison IATA Hiver 2020-2021, courant du 25 octobre 2020 au 27 mars 2021. Ces programmes de vols s’inscrivent dans le contexte de la pandémie mondiale de la Covid-19.

Covid-19 : quels protocoles sanitaires pour les infirmiers libéraux à Raiatea ?

Plusieurs corps de métiers sont directement exposés à la Covid-19. Parmi eux, les infirmiers libéraux. À Raiatea, ils sont cinq à exercer cette profession. Depuis le mois de mars, leurs visites à domicile sont soumises à un protocole très rigoureux, afin de les protéger, ainsi que leurs patients.