mercredi 27 octobre 2021
A VOIR

|

6 mois ferme pour avoir foncé ivre et sans permis dans des stands au marché de Faa’a

Publié le

La conductrice qui s’était encastrée dans deux stands du marché de Faa’a à la Saint Sylvestre a été jugée ce vendredi matin.

Publié le 01/10/2021 à 17:04 - Mise à jour le 02/10/2021 à 9:21
Lecture < 1 min.

La conductrice qui s’était encastrée dans deux stands du marché de Faa’a à la Saint Sylvestre a été jugée ce vendredi matin.

Alcoolisée le soir des faits, elle avait involontairement blessé un couple de maraîchers âgés qui dormaient sur place. Le mari était légèrement blessé, mais la femme a eu 10 côtes cassées et les poumons endommagés. La conductrice explique avoir tenté de se suicider ce soir-là. Mais ce n’est pas le premier délit routier de la dame, qui n’a d’ailleurs pas de permis de conduire. Le procureur a requis 1 an de prison dont 6 mois avec sursis probatoire.

Selon Me Teremoana Hellec, l’avocat des victimes, la récidiviste est un “véritable danger public” : “Quand vous avez quelqu’un comme ça, qui est condamné à plusieurs reprises pour des délits routiers, qui manifestement ne tient absolument pas compte des avertissements que peuvent lui délivrer la justice, et qui s’arroge tous les droits. C’est-à-dire de prendre une voiture sans avoir aucun permis et donc du coup sans avoir démontré qu’elle avait la capacité de pouvoir conduire et de maitriser son véhicule. Elle prend son véhicule sans assurance, c’est-à-dire que si elle commet un dégât, les personnes qui ont été blessées ne seront pas indemnisées car il n’y a pas d’assurance. Elle prend un véhicule après s’être alcoolisée et sans avoir la capacité de pouvoir maitriser son véhicule. Et elle prend un véhicule dans l’ensemble de ces conditions-là pour ensuite aller se suicider et en se jetant sur le premier stand de fruits qu’elle rencontre donc très clairement, pour moi, c’est un danger public”.

Le tribunal a suivi les réquisitions du procureur : la conductrice écope de 6 mois de prison ferme, avec obligations de soins, de payer les frais au trésor public et d’indemniser les victimes. Elle devra également verser 150 000 Fcfp aux victimes à titre de provision pour l’expertise médicale.

Rédigé par

infos coronavirus