dimanche 26 septembre 2021
A VOIR

|

6 mois de prison ferme pour le couple toxique

Publié le

Un homme et une femme ont été jugés lundi pour violences réciproques. La femme violentait son tane, utilisant tantôt ses ongles, ses dents, voire une paire de ciseaux. Pour la stopper, l'homme faisait également appel à la violence. Ils ont tous deux été condamnés à 18 mois de prison dont 6 mois fermes.

Publié le 07/09/2021 à 9:46 - Mise à jour le 07/09/2021 à 9:46
Lecture < 1 min.

Un homme et une femme ont été jugés lundi pour violences réciproques. La femme violentait son tane, utilisant tantôt ses ongles, ses dents, voire une paire de ciseaux. Pour la stopper, l'homme faisait également appel à la violence. Ils ont tous deux été condamnés à 18 mois de prison dont 6 mois fermes.

Lundi après-midi, un couple a été jugé en comparution immédiate pour des violences réciproques. À de nombreuses reprises, la femme violentait son tane, utilisant ses ongles, ses dents mais également une paire de ciseaux. Une agression à l’arme blanche avait laissé une entaille de 25 cm sur le crâne de son conjoint. Pour faire cesser les violences, l’homme lui avait fait une clé d’étranglement.

Face au juge, la femme aussi jeune mère de famille, a reconnu avoir un problème d’ordre psychologique. Elle a entamé des démarches pour se faire soigner, comme l’explique son avocat, Me Solenne Rebeyrol : “il ne faut pas oublier qu’elle est passée de victime à auteure, ce qui est un processus inhabituel. Mais Madame a conscience de tout ça et elle va trouver les moyens et les ressources personnelles pour faire face à cette nouvelle épreuve”.

La jeune mère a été conduite directement à Nuutania. Elle a été condamnée à 18 mois de prison dont 6 mois ferme. Son tane a été condamné à la même peine avec un maintien en détention. Il reconnait les violences qu’il a exercé et a demandé au juge de lui faire porter toute la responsabilité de leurs actes.

Suite à des violences réciproques antérieures à cette affaire, le couple avait interdiction d’entrer en contact l’un avec l’autre. Leurs deux enfants leur avaient été retirés. Le 2 août, le couple avait profité d’une visite à la pouponnière pour enlever leur plus jeune enfant, âgé de 6 mois. Avec son grand frère de 5 ans, ce bébé était régulièrement témoin des violentes disputes de ses parents.

Rédigé par

infos coronavirus