vendredi 4 décembre 2020
A VOIR

|

6 ans ferme pour une série de braquages

Publié le

Ce mardi s'est tenu le procès d’un homme qui avait focalisé l’attention des gendarmes en octobre 2018. En quelques jours, il avait braqué plusieurs personnes avec une arme de poing pour les détrousser. Accro à l’ice, il vient d’être condamné à une lourde peine de prison.

Publié le 04/02/2020 à 16:24 - Mise à jour le 06/02/2020 à 14:20
Lecture 2 minutes

Ce mardi s'est tenu le procès d’un homme qui avait focalisé l’attention des gendarmes en octobre 2018. En quelques jours, il avait braqué plusieurs personnes avec une arme de poing pour les détrousser. Accro à l’ice, il vient d’être condamné à une lourde peine de prison.

En deux jours, les 15 et 16 octobre 2018, il avait fait quatre victimes. Surnommé Dalton, cet homme de 35 ans les avaient braquées en pleine rue, ou sur la plage, à Arue et Taravao.

Gros consommateur d’ice, il était en manque au moment des faits. Et c’est pour se procurer de l’argent qu’il n’avait pas hésité à mettre en joue ses victimes avec un pistolet à grenailles chargé.

Jordan, seule partie civile au procès, se trouvait sur la plage Lafayette en pleine nuit lorsqu’il s’est retrouvé face au trentenaire. Ce dernier a pointé son arme vers sa tête en lui réclamant de l’argent avant de tirer un coup de feu en l’air. Une agression traumatisante qui a encore des répercussions sur sa vie. « Ce soir-là j’ai vu ma vie défiler devant moi. Tu as un flash et voilà, tu repenses à tous les gens que tu aimes. Tu te vois mourir en fait. Après ça j’ai suivi des séances de psychologie. J’ai perdu mon travail. J’ai perdu beaucoup de choses… », raconte la victime.

Une quinzaine de gendarmes s’étaient alors lancés aux trousses du braqueur. Un homme déjà bien connu de la justice comme en témoigne les 25 condamnations inscrites à son casier judiciaire.

Il a notamment fait parler de lui pour avoir cambriolé le domicile de l’ex-maire de Punaauia, Rony Tumahai, le jour-même de ses obsèques.

Pour ce qui est de cette série de braquages, son avocate l’explique par son addiction à l’ice. Mais depuis son placement en détention provisoire, il y a plus d’un an, l’homme a radicalement changé selon elle : « Dans quelques jours, il y a un pasteur qui vient le voir à Nuutania pour qu’il signe la croix bleue. Il ne veut plus entendre parler de cette drogue qui ravage la Polynésie et qui a bousillé sa vie », assure Me Karina Chouini.

Le braqueur disposera de temps pour travailler sur lui-même, le tribunal l’ayant finalement condamné à 6 années de prison ferme. Deux de ses amis qui étaient à ses côtés lors de l’une des agressions ont quant à eux écopé d’un et deux ans de détention.  

infos coronavirus