vendredi 7 août 2020
A VOIR

|

4 hommes âgés jugés pour avoir eu recours à des prostituées mineures

Publié le

Quatre hommes âgés de 55 à 73 ans comparaissaient ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel pour recours à la prostitution des mineures. Ils sont accusés d’avoir eu des relations tarifées durant de longs mois avec quatre jeunes femmes dont une adolescente âgée d’à peine 13 ans.

Publié le 18/07/2019 à 17:45 - Mise à jour le 19/07/2019 à 9:44
Lecture < 1 min.

Quatre hommes âgés de 55 à 73 ans comparaissaient ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel pour recours à la prostitution des mineures. Ils sont accusés d’avoir eu des relations tarifées durant de longs mois avec quatre jeunes femmes dont une adolescente âgée d’à peine 13 ans.

Deux de ces quatre jeunes filles, issues de milieux défavorisés, avaient moins de 18 ans. Ce qui vaut aux quatre hommes, dont un ex-pharmacien et un ancien chef d’entreprise, de comparaître devant le tribunal correctionnel. Le recours à la prostitution de majeures n’est, lui, pas un délit mais relève de la simple contravention.

Les prévenus, qui ne se connaissent pas, avaient rencontré les jeunes femmes dans la rue, voire au restaurant. Et ils avaient des rapports réguliers avec celles-ci à leur domicile, ou dans leur voiture, en échange de quelques billets.

Certains des mis en cause ont reconnu à la barre qu’ils se doutaient que les plus jeunes étaient mineures, ce qui ne les avaient pas pour autant arrêté. « Au moment des faits, je ne me suis pas posé la question. Je regrette profondément ce qui s’est passé », a dit l’un d’eux.

L’enquête avait débuté après que le procureur de la République ait reçu plusieurs courriers l’informant de la situation de ces jeunes femmes. L’un émanait de la propre épouse de l’un des prévenus qui avait  intercepté des messages équivoques sur le téléphone portable de son mari.

La procureure a requis des peines allant d’un an de prison ferme à un an et demi de prison ferme. Pour la peine la plus lourde qui concerne l’ex-pharmacien, elle a requis le mandat de dépôt estimant les faits d’une particulière gravité. Leurs noms seront inscrits au fichier national des auteurs d’infractions sexuelles.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Nucléaire : le Civen répond à l’association 193

"Pour des raisons qui lui appartiennent, l’association 193 poursuit son offensive contre le Civen, dont elle demande d’ailleurs la suppression. Personne ne...

Raromatai : le programme « Faito tano » pour...

Aux îles Sous-le-Vent comme partout en Polynésie, le surpoids est un problème récurrent. Et c’est pour tenter d’enrailler ce fléau, qu’à Raiatea,...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV