dimanche 22 mai 2022
A VOIR

|

4 ans ferme pour les agresseurs du Tiki d’Or

Publié le

Hier matin au palais de justice ont été jugés les deux individus qui avaient violemment frappé le propriétaire du bar Tiki d'Or pour lui dérober sa caisse. Une cliente avait également été agressée. Les faits se sont déroulés le 10 octobre 2020 et jusqu’au jour du procès, les deux prévenus n’ont eu aucune empathie pour les victimes.

Publié le 02/03/2022 à 9:09 - Mise à jour le 02/03/2022 à 11:28
Lecture < 1 min.

Hier matin au palais de justice ont été jugés les deux individus qui avaient violemment frappé le propriétaire du bar Tiki d'Or pour lui dérober sa caisse. Une cliente avait également été agressée. Les faits se sont déroulés le 10 octobre 2020 et jusqu’au jour du procès, les deux prévenus n’ont eu aucune empathie pour les victimes.

Même un an et demi après les faits, les deux prévenus n’ont exprimé aucun remord vis-à-vis des victimes. Une absence d’empathie qui s’est manifestée par des rires durant leur audition par les juges. Selon eux, l’alcool et la consommation d’ice seraient les causes de leur absence de discernement le jour des faits.

Or, leurs multiples auditions et les déclarations des victimes démontrent que les deux compères avaient mûrement réfléchi leurs actes. Ils voulaient s’en prendre au propriétaire du bar qui leur avait mal parlé et lui voler sa caisse. Au passage, ils lui ont également volé son téléphone portable, sa carte bancaire et son chéquier. Idem pour la cliente qui a été agressée. Les bouteilles d’alcool du bar ont aussi été dérobées.

Les deux prévenus ont été condamnés à 5 ans de prison dont 4 ans ferme.

Pour les victimes, “il faut apprendre à vivre avec [le préjudice commis]”, indique leur avocate, Kari Lee Armour-Lazzari. “Donc la réparation, elle intervient dans le temps. Il y a le phénomène du temps qui s’écoule et la vie qui reprend, mais il y a aussi le travail des spécialistes des différents professionnels, la thérapie avec un suivi psychologique par exemple”.

La cour d’assises a également condamné les deux agresseurs à payer 125 000 Fcfp aux victimes en attendant les résultats de l’expertise médicale pour déterminer le montant de leur préjudice physique. Les deux hommes ont interdiction d’entrer en contact avec les victimes et de se rendre dans un débit de boissons.

infos coronavirus