lundi 4 juillet 2022
A VOIR

|

4 ans de prison pour avoir tué accidentellement sa femme et ses deux enfants

Publié le

Un homme de 32 ans était jugé mardi en audience correctionnelle pour avoir provoqué un accident au volant de son véhicule, le 28 octobre 2018 à Papara. Sa sortie de route a coûté la vie à sa femme et ses deux enfants âgés de 2 ans et 2 mois. Le père de famille avait un taux d'alcoolémie trois fois supérieur à la limite légale et avait fumé du cannabis.

Publié le 24/05/2022 à 19:21 - Mise à jour le 24/05/2022 à 19:25
Lecture 2 minutes

Un homme de 32 ans était jugé mardi en audience correctionnelle pour avoir provoqué un accident au volant de son véhicule, le 28 octobre 2018 à Papara. Sa sortie de route a coûté la vie à sa femme et ses deux enfants âgés de 2 ans et 2 mois. Le père de famille avait un taux d'alcoolémie trois fois supérieur à la limite légale et avait fumé du cannabis.

Le prévenu est arrivé à l’audience menotté et escorté par les gendarmes. Après le drame du 28 octobre 2018, il avait été placé sous contrôle judiciaire. Il avait obligation de pointer chaque semaine à la gendarmerie, avait interdiction de quitter le territoire de la Polynésie et surtout, il avait interdiction de conduire un véhicule terrestre à moteur. C’est le non respect de cette mesure qui a conduit à la révocation de son contrôle judiciaire et son placement en détention provisoire. Quelques mois après les faits, il a été surpris à de nombreuses reprises par les proches de sa défunte compagne au volant d’une voiture et d’une camionnette. Prévenus, les gendarmes lui ont simplement fait un rappel de son contrôle judiciaire. L’année passée, il a été arrêté par la gendarmerie lors d’un contrôle routier, ce qui lui a valu d’être conduit directement à Nuutania.

“Ça a été très mal vécu par la famille” déclare maître Robin Quinquis, l’avocat des parties civiles. Elle “attendait une réponse plus rapide (de la justice NDLR), la période a été longue, il y a eu une instruction très complète, les péripéties du Covid-19, les difficultés procédurales propres au dossier. Ce sont des délais qu’ils comprennent, mais qui n’ont pas participé à un apaisement”.

Face aux enquêteurs et au juge d’instruction, le prévenu n’a pas été en mesure d’expliquer précisément ce qui a provoqué la sortie de route. À la barre du tribunal, il a déclaré qu’il a eu un trou noir, qu’il ne se souvient de pas grand chose si ce n’est une dispute qui a éclaté entre sa femme et lui. Il a affirmé à la barre que sa femme lui avait donné un coup de poing au visage, juste avant le trou noir.

Pour l’avocat du prévenu, “c’est une affaire dramatique, l’auteur est également la victime de son propre méfait. C’est-à-dire qu’il a conduit. L’accident est assez spectaculaire parce qu’il a heurté un rocher et il a supprimé trois vies. Cette douleur, comme il le disait à la barre, il devra la subir jusqu’à la fin de ses jours”.

La mère et grand-mère des victimes s’est exprimée durant l’audience. Elle a notamment rappelé au prévenu ce qu’il lui a dit le soir de la veillée funéraire : le prévenu lui aurait déclaré que c’est en rattrapant le bébé qui avait échappé des mains de sa mère qu’il a perdu le contrôle du véhicule. La voiture en question était une Peugeot 504 à benne. Il n’y avait que deux places assises pour les parents. L’aîné des enfants âgé de 2 ans était allongé sur les jambes des parents tandis que la mère portait le bébé de 2 mois dans ses bras. Le véhicule n’était pas assuré.

Le prévenu a été condamné à 5 ans de prison dont 1 an avec sursis.

infos coronavirus