mercredi 2 décembre 2020
A VOIR

|

3 mois avec sursis pour avoir planté un pied de paka devant l’assemblée

Publié le

Karl Ahinia, président de l'association Tahiti Herb Culture (THC) a été condamné lundi à trois mois de prison avec sursis pour avoir planté un pied de paka devant l’assemblée de la Polynésie française, le 5 mars dernier.

Publié le 31/03/2020 à 16:15 - Mise à jour le 31/03/2020 à 16:20
Lecture < 1 min.

Karl Ahinia, président de l'association Tahiti Herb Culture (THC) a été condamné lundi à trois mois de prison avec sursis pour avoir planté un pied de paka devant l’assemblée de la Polynésie française, le 5 mars dernier.

Le 5 mars, l’association Tahiti Herb Culture plantait un pied de paka devant l’assemblée de la Polynésie française, pour demander à ce qu’une loi autorisant l’usage du cannabis thérapeutique voie le jour au fenua. « Le fait d’être ici aujourd’hui m’expose devant la loi à des poursuites, mais peu importe, on est là pour la symbolique des choses » expliquait alors Karl Anihia, le président de l’association THC.

Karl Anihia avait été mis en garde à vue le lendemain, et placé sous contrôle judiciaire en attendant sa comparution devant le tribunal correctionnel de Papeete.

Comme le révèlent nos confrères de Tahiti Infos, Karl Anihia a été présenté en comparution immédiate lundi 30 mars pour répondre de « transport et détention » non autorisés de paka.

Alors que le procureur avait requis six mois avec sursis, Karl Anihina a finalement été condamné à trois mois de prison avec sursis, et obligation de soins, de travail ou de suivre une formation professionnelle. Maître Millet, l’avocat de Karl Anihia, a annoncé l’intention de son client de faire appel « sur le principe même de la condamnation« , et a affirmé que les faits reprochés à son client correspondaient à un « geste politique altruiste ».

infos coronavirus

À partir du 15 décembre, retour à la normale pour les voyages France – Polynésie

Les Français retrouveront avec la levée du confinement la liberté de circulation à partir du 15 décembre, a affirmé mardi le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, expliquant qu'il n'y avait "aucun problème à réserver" un billet d'avion pour les outremers.