vendredi 24 septembre 2021
A VOIR

|

3 ans ferme pour avoir dissimulé son patrimoine après avoir escroqué Airbus

Publié le

Au volet justice c’est un dossier peu banal qu’ont eu à examiner les magistrats du tribunal correctionnel ce mardi matin. Celui d’un homme de 66 ans, un temps dans le rachat d’or, et poursuivi aujourd’hui notamment pour avoir organisé son insolvabilité après une précédente condamnation. Une peine l’obligeant à dédommager l’avionneur Airbus à hauteur de 144 millions de Fcfp.

Publié le 19/01/2021 à 16:51 - Mise à jour le 19/01/2021 à 16:55
Lecture 2 minutes

Au volet justice c’est un dossier peu banal qu’ont eu à examiner les magistrats du tribunal correctionnel ce mardi matin. Celui d’un homme de 66 ans, un temps dans le rachat d’or, et poursuivi aujourd’hui notamment pour avoir organisé son insolvabilité après une précédente condamnation. Une peine l’obligeant à dédommager l’avionneur Airbus à hauteur de 144 millions de Fcfp.

Même en Polynésie son passé l’a rattrapé. Ce sexagénaire, jadis proche du grand banditisme, avait été condamné en 2014 à Paris à indemniser l’avionneur Airbus à hauteur de 144 millions de Fcfp. Car quelques années plus tôt, il avait créé une fausse société de recyclage de pièces détachées d’avions et était parvenu à flouer la multinationale. S’il avait commencé à rembourser l’ardoise, les choses n’ont pas duré.  Puis il s’est fait oublier en Polynésie… “C’est une condamnation qui était à Paris. On apprend qu’il n’a aucun bien en métropole. Il ne s’est pas présenté devant les juridictions. La dernière adresse donnée était celle à Paris. Il avait disparu de la circulation”, détaille Me Gilles Jourdainne, avocat de la société Airbus.

Mais au fenua, l’homme s’est lancé dans le commerce des meubles, puis dans le rachat d’or….ainsi que la vente de diamants. Et une nouvelle fois, les choses ont mal tourné. Il ne tenait aucune comptabilité et sa société a été liquidé. L’une de ses clientes a parallèlement porté plainte pour l’achat d’une pierre précieuse qu’elle pensait fausse. Mais aussi car elle lui avait avancé 10 millions de francs jamais remboursés. D’où une enquête du parquet et sa comparution ce mardi matin pour l’ensemble de son œuvre.

Bien que se disant insolvable le sexagénaire a mené grand train ces dernières années : multiples voyages aux Etats-Unis, séjour de plusieurs mois à l’hôtel pour 8 ,5 millions de francs, mais aussi locations de véhicules pour plus de 4 millions. Une dissimulation de son patrimoine pour la justice. Ce que l’intéressé a reconnu du bout des lèvres.

“Je ne voulais pas acheter de voiture sinon je me la serais fait saisir”, a-t-il dit avant d’ajouter : “je faisais n’importe quoi à l’époque j’avais la tête complètement ailleurs”. 

Pour son avocat, Me Vincent Dubois, l’homme a certes commis de multiples infractions mais la justice lui fait porter un costume trop grand pour lui : “Il y a quand même des choses qui, a mon sens, ne tenaient pas la route, ou qui n’étaient pas vraies ou pas suffisamment étayées et c’était notre rôle en tant qu’avocat de la défense de le démontrer.”

Quant à son patrimoine actuel : il se réduirait désormais à pas grand-chose… “Ça fait un petit moment déjà que les enquêteurs se penchent sur mon client et ils ont bien vu qu’il n’y avait pas du tout de patrimoine dissimulé. Au contraire, c’est quelqu’un qui vit très chichement, très simplement.”

Le tribunal a finalement condamné l’escroc à 3 ans de prison ferme avec un mandat de dépôt différé. Mais le sexagénaire n’en a pas fini avec la justice. Il est en effet mis en examen depuis plusieurs années dans un autre dossier. Il est suspecté d’avoir fait appel à de jeunes voleurs pour alimenter son commerce de rachat d’or… aujourd’hui fermé.

Rédigé par

infos coronavirus