samedi 12 juin 2021
A VOIR

|

2 ans ferme pour l’auteur de la course-poursuite entre Mahina et Papeete

Publié le

Au tribunal de Papeete cet après-midi comparaissait l’auteur de la folle course-poursuite du 28 novembre dernier entre Mahina et Papeete. L’homme, sous l’influence du pakalolo, avait refusé de se soumettre à un contrôle de gendarmerie et s’était mis à foncer sur la route à plus de 100 kilomètres/heure. Il roulait parfois à contre-sens ou sur le trottoir. Cinq personnes ont été blessées durant cette cavalcade.

Publié le 02/01/2020 à 17:30 - Mise à jour le 03/01/2020 à 10:24
Lecture < 1 min.

Au tribunal de Papeete cet après-midi comparaissait l’auteur de la folle course-poursuite du 28 novembre dernier entre Mahina et Papeete. L’homme, sous l’influence du pakalolo, avait refusé de se soumettre à un contrôle de gendarmerie et s’était mis à foncer sur la route à plus de 100 kilomètres/heure. Il roulait parfois à contre-sens ou sur le trottoir. Cinq personnes ont été blessées durant cette cavalcade.

Au départ, l’individu avait payé deux sacs de mangues à l’aide d’un chéquier volé. La vendeuse de mangues avait alors alerté les gendarmes qui avaient tenté d’interpeller le contrevenant en lui demandant de garer son véhicule dans le parking d’une grande surface de Mahina. Le contrevenant avait refusé d’obtempérer et s’était lancé dans une dangereuse course-poursuite entre Mahina et Papeete. À plus de 100 kilomètres/heure, l’homme roulait à contre-sens, effectuait des dépassements sur le trottoir, et percutait plusieurs véhicules.

Pour son avocat, Mourad Mikou, il avait littéralement perdu la tête : « Mon client a reconnu dans le dossier être un grand consommateur de paka, et c’est très certainement cette consommation excessive qui a pu entraîner chez lui une réaction que personne de censée ne peut aujourd’hui comprendre. Mais malheureusement, le type de procédure pénale qui a été mis en œuvre, à savoir une comparution immédiate, n’a pas permis d’investiguer plus profondément les causes réelles du comportement de mon client ».

Le procureur a finalement requis trois ans de prison dont une année avec sursis. Il a également requis une obligation de soin pour la consommation de cannabis et une obligation de travail pour indemniser les victimes.

Pour les intérêts civils (les personnes victimes de collisions durant la course-poursuite, ainsi que les trois fonctionnaires de police blessés), l’affaire a été renvoyée à une date ultérieure.

infos coronavirus