fbpx
vendredi 21 février 2020
A VOIR

|

Viols sur mineures aux assises : les victimes témoignent

Publié le

Publié le 31/05/2017 à 17:27 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:19
Lecture 2 minutes

Le deuxième jour du procès aux assises d’un homme accusé de viols s’est déroulée aujourd’hui. Il est accusé d’avoir agressé cinq femmes entre 2011 et 2014. Ce père de famille de 35 ans déclare avec atrocité que toutes ses victimes étaient consentantes.

Mais une femme a témoigné. Elle travaillait dans son snack en face d’une grande surface d’Arue au moment des faits et avait porté secours à l’une des victimes. « J’ai couru la chercher pour la ramener ici et prévenir la police. Elle avait un short déchiré et elle saignait. On m’a dit qu’elle s’était faite violer dans le parking de l’hôpital du Taoone ».

La victime présumée poursuit aujourd’hui ses études en métropole. Lycéenne à Samuel Raapoto, elle n’avait pas 16 ans au moment de son agression. Après un dépôt de plainte, la gendarmerie avait lancé un appel à témoin. Quatre victimes traumatisées s’étaient présentées. L’une d’entre elles, encore choquée, témoigne. « J’étais au lycée hôtelier. J’avais fini mes cours. Je suis descendue à l’arrêt de bus, et j’ai vu une voiture grise qui s’est arrêtée. Un homme a baissé a vitre en me demandant si j’allais en ville. Il m’a proposé de monter avec lui à l’arrière ».

Le scénario est le même pour toutes ces femmes. « C’est ma faute. J’ai proposé de les ramener et d’avoir des rapports sexuels avec elles en leur offrant de l’argent » reconnaît le père de famille avant d’ajouter « peut-être je n’ai pas donné assez d’argent ».

Pour l’avocat général « ce n’est pas un dossier de prostitution » comme l’affirme la défense. Il s’agit plutôt de mineures violées. 

Le procès se terminera vendredi. 

Le scénario est le même pour toutes les victimes du prédateur sexuel :

Rédaction web avec E. Parau-Cordette

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X