fbpx
lundi 18 novembre 2019
A VOIR

|

Violences sur des gendarmes à Papara : de 3 mois à un an de prison pour les auteurs

Publié le

Publié le 27/12/2017 à 18:07 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:18
Lecture 2 minutes

A la barre, les cinq hommes, pour la plupart diplômés et insérés, ont expliqué s’en être pris aux militaires, comme d’autres participants de la soirée, car ils n’avaient pas apprécié que les gendarmes fassent usage de gaz lacrymogène. Gaz utilisé car les forces de l’ordre s’attelaient à disperser plusieurs bagarres survenues en fin de soirée.

L’un des militaires avait reçu un coup de poing à la mâchoire avant d’être projeté au sol. Il avait ensuite reçu de multiples coups. Ses collègues avaient quant à eux été la cible de jets de pierres. Deux de leurs véhicules ont été endommagés.

« Pendant ces deux semaines en prison, j’ai beaucoup réfléchi », a déclaré l’un des prévenus, « j’ai compris que mon geste était injuste et honteux. Je présente mes excuses aux gendarmes ».

Les militaires, eux, ont expliqué qu’ils s’étaient retrouvés pris au piège face à une foule en colère alors qu’ils étaient venus sur place pour rechercher un mineure en fugue.

« Si l’on n’avait pas pu partir, ça se serait très mal fini. On aurait peut être dû utiliser d’autres moyens que le gaz lacrymogène », a témoigné un sous-officier. « Je suis incapable de savoir combien de coups j’ai reçus », a ajouté un autre.

« L’uniforme doit forcer le respect. Cet uniforme on n’y touche pas », a lancé l’avocate des victimes en s’adressant aux prévenus mais aussi à leurs proches venus en nombre à l’audience.

Les défenseurs des cinq jeunes ont pour leur part regretté que seuls leurs clients soient présents sur le banc des prévenus. D’autres protagonistes s’en sont en effet pris aux forces de l’ordre ce soir-là mais ils n’ont pu être identifiés.

J-B. C. 

 

Des séjours thérapeutiques pour jeunes en difficulté

Depuis trois ans, le nombre de délits commis par des mineurs au fenua est en baisse. Afin de lutter contre la récidive, les adolescents sont pris en charge par la direction territoriale de la protection judiciaire de la jeunesse. Celle-ci agit sur trois leviers : la famille, l’insertion et la santé. Sur ce dernier volet, trois séjours thérapeutiques ont été organisés cette année. Le dernier vient de se terminer à la Presqu’île.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Un fare compost pour la première fois au fenua

C’est une première en Polynésie : la mairie de Pirae met à disposition un composteur collectif sur le site de Matatevei. Financé par l’Ademe, le fare s’adresse essentiellement aux administrés du coin.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X