lundi 21 octobre 2019
A VOIR

|

Violences sur des gendarmes à Papara : de 3 mois à un an de prison pour les auteurs

Publié le

Publié le 27/12/2017 à 18:07 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:18
Lecture 2 minutes

A la barre, les cinq hommes, pour la plupart diplômés et insérés, ont expliqué s’en être pris aux militaires, comme d’autres participants de la soirée, car ils n’avaient pas apprécié que les gendarmes fassent usage de gaz lacrymogène. Gaz utilisé car les forces de l’ordre s’attelaient à disperser plusieurs bagarres survenues en fin de soirée.

L’un des militaires avait reçu un coup de poing à la mâchoire avant d’être projeté au sol. Il avait ensuite reçu de multiples coups. Ses collègues avaient quant à eux été la cible de jets de pierres. Deux de leurs véhicules ont été endommagés.

« Pendant ces deux semaines en prison, j’ai beaucoup réfléchi », a déclaré l’un des prévenus, « j’ai compris que mon geste était injuste et honteux. Je présente mes excuses aux gendarmes ».

Les militaires, eux, ont expliqué qu’ils s’étaient retrouvés pris au piège face à une foule en colère alors qu’ils étaient venus sur place pour rechercher un mineure en fugue.

« Si l’on n’avait pas pu partir, ça se serait très mal fini. On aurait peut être dû utiliser d’autres moyens que le gaz lacrymogène », a témoigné un sous-officier. « Je suis incapable de savoir combien de coups j’ai reçus », a ajouté un autre.

« L’uniforme doit forcer le respect. Cet uniforme on n’y touche pas », a lancé l’avocate des victimes en s’adressant aux prévenus mais aussi à leurs proches venus en nombre à l’audience.

Les défenseurs des cinq jeunes ont pour leur part regretté que seuls leurs clients soient présents sur le banc des prévenus. D’autres protagonistes s’en sont en effet pris aux forces de l’ordre ce soir-là mais ils n’ont pu être identifiés.

J-B. C. 

 

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

18ème salon des îles Australes du 21 octobre au...

La 18ème édition du salon des îles Australes ouvre ses portes lundi 21 octobre à l’Assemblée. Sur le thème de la "valorisation des merveilles de l’artisanat en mer et sur terre", plus de 70 exposants de l’archipel ont fait le déplacement. Ramona Tevaeara’i, présidente du comité organisateur, était l’invitée de notre journal :

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X