mardi 11 mai 2021
A VOIR

|

Violence entre frères : « Il a de la haine pour nous, les Témoins de Jéhovah »

Publié le

Publié le 20/03/2019 à 12:09 - Mise à jour le 13/06/2019 à 13:08
Lecture 2 minutes

En décembre 2017, le plus jeune des frères, âgé de 48 ans, avait eu une altercation verbale avec « un ancien » des Témoins de Jéhovah. Son aîné, qui appartient au mouvement, le lui avait reproché.

Le ton était donc monté entre les deux hommes qui avaient fini par en venir aux mains. L’aîné a reçu un coup au visage puis plusieurs autres alors qu’il se trouvait au sol. Bilan de la rixe : un nez cassé et un hématome au visage qui lui ont valu 10 jours d’ITT.

Mais les deux frères se défendent chacun d’être l’auteur du premier coup. « Quand vous dites : ‘c’est lui qui a commencé’, j’ai l’impression d’entendre mes enfants à la maison. Si vous aviez 8 ans, je vous dirais ‘jeu de mains, jeu de vilains’, mais vous en avez 50… », s’agace le président.

« Moi je l’aime toujours. C’est lui qui a de la haine pour nous, les Témoins de Jéhovah », témoigne l’aîné. Car le plus jeune ne supporte pas le côté « sectaire » de cette Église qu’il estime être la « cause de la destruction de sa famille ».

« Ma blessure à moi, elle est dans le cœur. Je n’ai jamais pensé me battre avec mon frère. Et je me suis défendu, c’est tout. Ici, c’est moi la victime », dit l’homme de 48 ans, policier à la retraite.  

« Les Témoins de Jéhovah sont en effet considérés comme une secte en métropole », souligne le président mais, pour lui, la victime est bien le plus âgé des deux frères : « La légitime défense ? Quand vous portez des coups alors qu’il est à terre, ça ne se défend plus ». Et le magistrat de conclure : « le vrai courage, c’est de refuser la bagarre ».

L’ex-policier quitte donc le tribunal avec une amende de 40 000 Fcfp et l’obligation de verser 100 000 Fcfp de dommages et intérêts à son aîné.

                                                                                                                                                                                                                J-B. C.
 
 
 

infos coronavirus