fbpx
mardi 25 février 2020
A VOIR

|

Vidéo – Trafic d’ice : 12 personnes citées à comparaître

Publié le

Publié le 21/08/2018 à 13:57 - Mise à jour le 13/06/2019 à 13:20
Lecture 2 minutes

Ils se faisaient appeler “El Chapo” et “le Parrain” mais l’aventure s’est terminée derrière les barreaux pour Yannick Mai et Moerani Marlier. Le premier en Californie où il a été interpellé en juin dernier en possession de 3,7 kilos d’ice. Et le second à Nuutania d’où il attendait son procès qui s’est ouvert ce mercredi matin.

Les deux hommes sont suspectés d’avoir été les cerveaux d’un important réseau ayant œuvré en 2016 et 2017. L’un s’occupait de trouver la drogue aux États-Unis, et de la transporter, l’autre de l’écouler au fenua grâce aux divers dealers qui travaillaient pour lui. Sans compter quelques mules et financiers, dont l’ex-huissier de justice Patrick Rey et son épouse, eux aussi poursuivis.

> Entre 6 et 8 kilos de méthamphétamine introduits sur le territoire

La justice estime qu’en un peu plus d’un an, le réseau aurait introduit entre 6 et 8 kilos de méthamphétamine sur le territoire.
Ce qui lui permettait de mener grand train. Moerani Marlier, qui se déplaçait armé d’un revolver chargé, disposait de deux villas et d’un vaste parc automobile, dont des 4×4 de luxe. Et il fournissait à ses revendeurs de puissants scooters.

Mais s’il reconnait une grande partie des faits, l’intéressé refuse d’endosser l’habit d’organisateur du réseau. “Dire que c’est le boss est un peu court. C’est très confortable et c’est un peu court. (…) Ce qu’il ne veut pas c’est écoper d’une peine qu’il ne mérite pas forcément. Ce qu’il veut c’est une justice, une certaine justesse dans la décision”, explique Me Smain Bennouar

> Des peines qui approchent souvent le maximum

Mais en matière de trafic international d’ice, la justice se montre ferme. Les peines prononcées, pour les têtes de réseau, s’approchent souvent du maximum encouru : dix ans de prison, voire 20 en cas de récidive. Ce qui limite la marge de manœuvre des avocats : “La défense que l’on doit apporter c’est de plaider tout simplement de la cohérence, de la logique, et de l’efficacité dans la décision. Ce n’est pas en sanctionnant avec des peines d’une sévérité qui approche les extrémités donc le maximum de la peine encourue pour des personnes qui le plus souvent sont primodélinquantes, c’est-à-dire qui n’ont jamais été condamnées par le passé, qu’on va arrêter un fléau sanitaire.” 

Grand absent de ce procès : Yannick Mai. L’homme est toujours dans l’attente de son jugement aux États-Unis. A Tahiti, l’audience se poursuit demain, sans lui.
 

J-B.C

Ice : les interpellations s’enchaînent

Selon La Dépêche de Tahiti, le 14 août, la justice a procédé à coup de filet à plusieurs endroits de Tahiti. Des armes à feu et plus de 50 millions de Fcfp en argent liquide avaient été saisis. 13 personnes ont été interpellées.
Neuf personnes ont été mises en examen et cinq ont été placées en détention provisoire. Parmi elles, des personnes déjà impliquées dans d’autres affaires d’ice. 
 

 

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X