lundi 8 mars 2021
A VOIR

|

Video. Radio Bleue : prison ferme et 10 millions d’amende requis contre Emile Vernaudon

Publié le

Publié le 16/01/2017 à 17:29 - Mise à jour le 27/06/2019 à 10:30
Lecture 2 minutes

Il est reproché au « Shérif » d’avoir accordé, de 2006 à 2008, environ 95 millions Fcfp de subventions, hors de tout cadre légal, à radio bleue pour faire sa propagande, selon l’accusation. 

Gilles Tefaatau et Joinville Pomare, qui tenaient les rênes de la station, sont quant à eux suspectés d’avoir perçu d’importantes rémunérations, environ 3 millions Fcfp pour le premier et 27 millions Fcfp pour le second, alors que selon les statuts de la radio communale, ils auraient du avoir une fonction bénévole.

A la barre, les trois hommes ont nié toute manœuvre et ont investi le champ politique. Ils ont ainsi reconnu que Radio Bleue était un outil de l’opposition de l’époque. « On avait un objectif : éliminer Gaston Flosse. Mais comment faire ? On a utilisé la radio », a déclaré Gilles Tefaatau.

Emile Vernaudon a de son côté fait valoir que les délibérations accordant des subventions à la station avaient fait l’objet de  contrôles des services de l’Etat.

« Pourquoi le haut-commissaire a visé ? Pourquoi le trésorier payeur général a payé ? Et c’est moi qui écope aujourd’hui. Mais je n’ai pas piqué un franc », a-t-il lâché avant de se dire « pire qu’un indépendantiste » aujourd’hui « après tout ce qu’on -lui- a fait », lui qui a « travaillé pour l’Etat ».

Son avocat, Me Sylvain Fromaigeat a dit, en substance, la même chose. « Le haut-commissaire et le CSA –Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, Ndlr- avaient connaissance de cet état de fait. Mais le haut-commissaire ne s’est jamais opposé au versement des subventions et le CSA a renouvelé la convention qui le liait à Radio Bleue. Ils ont donc considéré que la radio était dans les clous », a indiqué le conseil en marge de l’audience.

L’avocate de la commune de Moorea, Me Myriam Toudji a pour sa part réclamé le remboursement des 95 millions Fcfp de subventions, estimant que ces fonds publics avaient été utilisés « sans rapport avec l’intérêt général communal ».

Un avis partagé par la représentante du parquet. Celle-ci a requis la condamnation des trois prévenus. Contre Emile Vernaudon, elle a réclamé une peine d’un an de prison ferme, une amende de 10 millions Fcfp et cinq années d’inéligibilité. 

6 mois ferme, 5 millions d’amende et 5 ans d’interdiction d’exercer une fonction publique ont été requis contre Joinville Pomare. Quant à Gilles Tefaatau, la représentante du ministère public a demandé  4 mois de prison avec sursis, une amende d’un million et pour lui aussi 5 ans d’interdiction d’exercer toute fonction publique. Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 28 mars.

L’audience ne se sera pas déroulée sans incident. Clément Pito, un temps proche de Joinville Pomare, a failli en venir aux mains avec ce dernier. Il estime avoir été floué lorsqu’il œuvrait sur les ondes de Radio Bleue et a réclamé au tribunal 3,5 millions Fcfp de dommages et intérêts. « C’est un pique-assiette », a rétorqué, cinglante, la tête couronnée.

J-B. C. 
 

Accrochage entre Clément Pito et Joinville Pomare :

Emile Vernaudon :

Me Myriam Toudji, avocate de la commune de Mahina

infos coronavirus

Premiers cas de covid en Nouvelle-Calédonie

Jusqu'à présent, la Nouvelle-Calédonie et Wallis-et-Futuna figuraient au rang des rares territoires Covid-free de la planète, grâce notamment à des quatorzaines obligatoires dans des...

Premier cas local de Covid-19 à Wallis et Futuna

"Il s'agit d'une personne qui était sortie de quatorzaine il y a plusieurs semaines après un test négatif. Cette personne a consulté...