dimanche 20 octobre 2019
A VOIR

|

Vidéo – Nikolaz Fourreau : “On ne peut pas espérer des peines similaires à ce qui a pu nous arriver”

Publié le

Publié le 22/01/2019 à 9:13 - Mise à jour le 07/06/2019 à 16:36
Lecture 3 minutes

Vous avez confié ne pas éprouver de satisfaction. Quelle a été votre réaction à l’annonce du jugement ?
“C’est une réaction partagée. D’abord c’est un soulagement, parce que ce pour quoi on se bat depuis tant d’années, les dysfonctionnements qui étaient apparus dans le dossier, tout simplement, a enfin été reconnu et présenté par un tribunal à tout le monde, et opposé à ceux qu’on appellera désormais condamnés. Donc c’est une très bonne chose en soi.”
 
En ce qui concerne les peines, de l’interdiction d’exercer, de la prison ferme… C’est ce que vous attendiez ou vous espériez des peines plus sévères ?
“On ne peut pas espérer des peines similaires à ce qui a pu nous arriver. Une des choses les plus importantes, c’était qu’ils aient une sanction et notamment celle de ne plus travailler dans le même domaine, puisqu’ils ont montré leur incompétence. Après, effectivement, qu’il y en a qui soient condamnés à de la prison pour des actions volontaires qui ont déstabilisé la compagnie et la sécurité de la compagnie, je trouvais ça tout à fait normal.”
 
Guy Yeung, l’ex-directeur du service d’État de l’aviation civile, a été le seul prévenu relaxé. Qu’est-ce que cela vous inspire ?
“De l’étonnement. Les propos du président, mais je pense qu’il faudra lire l’intégralité du document issu du procès, et notamment des justifications, il l’a reconnu incompétent et qu’il n’avait pas les outils, la compétence, etc. Donc il a servi à quoi pendant ces 25 années ? Je suis un peu étonné.”
 
Vous parlez de soulagement. C’est vrai que la procédure a été longue, plus de dix ans. Est-ce qu’on peut dire aujourd’hui que c’est un chapitre qui se referme pour vous ?
“Je crois que désormais nos adversaires ont décidé de faire trainer encore plus le dossier, donc ça ne clôt pas un chapitre, c’est juste qu’au moins, on a reconnu. Il y avait une reconnaissance populaire indéniable, mais là une reconnaissance populaire reconnue et défendue par les juges.”
 
Et d’entendre le président du tribunal qui dénonce “une politique de rendement au détriment de la sécurité”, selon vous ça va permettre de réveiller les consciences dans le domaine de l’aviation civile ?
“Je l’espère, mais pendant le procès, on a quand même entendu des dirigeants qui exerçaient encore aujourd’hui dire qu’ils pensaient avoir bien fait et qu’ils referaient exactement la même chose. Ça fait peur. C’est un peu inquiétant.”
 
D’autant qu’ils ont fait appel, ils ont aussi demandé le dépaysement du procès. Qu’est-ce que vous en pensez ?
“L’appel n’est absolument pas une surprise. Le dépaysement, c’est encore une facétie de plus dans la procédure. Les croix, j’irai les poser n’importe où, que ce soit en France ou à Nouméa. Je m’en fous, s’il faut mettre la pression. Je pense que nos juges qui exercent ici en Polynésie et qui changent, c’est le principe de l’indépendance de la justice, sont tout à fait compétents pour juger cette affaire sans tenir compte de l’environnement. Et quand bien même, nous mettrons l’environnement… On créera l’ambiance si besoin est ailleurs.”
 
Mais si vous créez une ambiance, c’est bien que vous contrecarrez un peu la sérénité des débats de la justice, non ?
“On s’exprime. Juste pendant 11 ans, on a été d’une discrétion absolue. De temps en temps, on apparaissait, on posait une gerbe, on n’embêtait personne, et au quotidien on vivait la disparition de nos êtres chers. Eux sont là, évidemment, sans émotion. Et on parle d’émotion, mais quelles émotions ont pu ressentir ces gens au lendemain de l’accident, alors qu’ils ont recommencé au mois de décembre, de la même année, la même erreur en ne posant pas le câble correctement et avec le risque à nouveau qu’un Twin Otter s’écrase. Ils n’ont pas d’émotions, ces gens, ni de compétences.”
 
Vous l’avez souligné, certains continuent d’exercer dans les métiers de l’aviation. Selon vous, ce dépaysement est-il aussi une manière de gagner du temps, quand on sait qu’en France les procédures sont très très longues ?
“Oui, il leur faudra étudier les 1600 ou 1700 pièces du dossier, ça va prendre du temps.”
 
Donc l’interdiction d’exercer sera reculée…
“C’est le but de toute façon. Ce n’est pas pour obtenir justice, c’est pour faire trainer les choses…”
 

Rédaction web avec Tamara Sentis
 

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

18ème salon des îles Australes du 21 octobre au...

La 18ème édition du salon des îles Australes ouvre ses portes lundi 21 octobre à l’Assemblée. Sur le thème de la "valorisation des merveilles de l’artisanat en mer et sur terre", plus de 70 exposants de l’archipel ont fait le déplacement. Ramona Tevaeara’i, présidente du comité organisateur, était l’invitée de notre journal :

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X