samedi 17 août 2019
A VOIR

|

Vidéo – Laboratoire d’ice à Tautira : la mère de l’un des suspects témoigne

Publié le

Publié le 20/01/2019 à 14:18 - Mise à jour le 07/06/2019 à 16:36
Lecture 2 minutes

Samedi vers 19h30, des gendarmes cagoulés ont investi une petite habitation en bord de mer à Tautira. Dans un cabanon, en bout de terrain, ils ont interpellé un couple en flagrant délit de fabrication d’ice. Sur place, les enquêteurs ont également mis au jour tout l’attirail du petit chimiste. Gants en latex et surtout divers produits toxiques qui entrent dans la composition de la méthamphétamine. Puis les militaires ont perquisitionné une seconde habitation, cette fois dans le village : celle du couple de trentenaires. Aux premières loges, leur voisine a tout vu. Selon elle, ses voisins qu’elle décrit comme aimables, n’attiraient pas particulièrement l’attention.

>>> Lire aussi : Plusieurs personnes interpellées en flagrant délit de fabrication d’ice

Mais la mère de la trentenaire arrêtée se posait, elle, des questions depuis quelque temps : “Je me doutait qu’il se passait quelque chose de mal, mais je ne savais pas que c’était à ce point…”. Si l’arrestation de sa fille et de son gendre la bouleverse, elle estime qu’il est normal qu’ils rendent des comptes à la justice : “C’est vraiment choquant. C’est détestable de faire un laboratoire à Tahiti. Je n’arrive pas à le comprendre, même si c’est ma fille. Je n’arrive pas à l’accepter. Je comprends que la justice intervienne”.

Hervé Leroy, procureur de la République en Polynésie française, a donné aujourd’hui davantage de précisions sur l’affaire en cours : “En septembre 2018, des informations ont été communiquées au parquet selon lesquelles il y avait des achats en quantités anormales de médicaments en vente libre auprès de pharmacies de la Presqu’île. Il apparaissait que la molécule de ces médicaments pouvaient entrer dans la composition de la méthamphétamine que l’on nomme ici Ice. (…) Les investigations établissaient qu’effectivement, un laboratoire clandestin avait été créé sur la Presqu’île afin de fabriquer localement de l’ice”.

Après plusieurs mois de recherches, le laboratoire a donc été démantelé samedi soir, et un couple a été arrêté. Placées en garde à vue, les deux personnes ont reconnu les faits indiquant qu’elles fabriquaient de l’ice en vue de le vendre, mais aussi pour financer leur toxicomanie.

>>> Lire aussi : Trafic d’ice démantelé : le haut-commissaire salue l’aboutissement d’une longue enquête

À l’issue de sa garde à vue qui peut durer 96 heures, le couple sera présenté à un juge d’instruction. Il devrait être mis en examen des chefs de fabrication de produits stupéfiants et d’association de malfaiteurs, ce qui pourrait l’amener devant une cour d’assises avec à la clé, un maximum de 20 ans de prison. Les enquêteurs tentent également de déterminer si d’autres protagonistes n’ont pas participé à cette triste première au fenua.
 

Rédaction web avec ​Jean-Baptiste Calvas et Sam Teinaore 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires