vendredi 22 octobre 2021
A VOIR

|

Vidéo – Crash d’Air Moorea : un procès exceptionnel sur 3 semaines

Publié le

Publié le 27/09/2018 à 13:54 - Mise à jour le 13/06/2019 à 13:20
Lecture 2 minutes

À dossier exceptionnel, procès exceptionnel. Plus de 11 ans après le crash du Twin Otter d’Air Moorea, le procès va enfin s’ouvrir devant le tribunal correctionnel. 
Et compte tenu de sa nature, de sa durée et du grand nombre de parties civiles, il a été labélisé “sensible” par le ministère de la Justice. Ce qui permet un financement direct de la Chancellerie. “C’est un procès hors normes (…) Il y a quand même un crash aérien avec 20 morts dans cette affaire, 137 parties civiles dont 80 seront présentes lors du procès, 38 venant de l’extérieur. Et puis une charge émotionnelle très forte. Je crois qu’on est tenus d’organiser au mieux au plan matériel le déroulement de cette procédure”, explique Thomas Pison, procureur général de Polynésie. 

Les frais de déplacement et de séjours des proches des victimes venues de l’étranger seront ainsi pris en charge par le ministère de la Justice. Elles bénéficieront aussi du soutien psychologique des membres de l’association d’aide aux victimes. Et ce, durant les trois semaines d’audience prévues. Une durée elle aussi exceptionnelle : “137 parties civiles, 8 prévenus et surtout beaucoup d’expertises qui seront débattues contradictoirement et ça, il faut un certain temps et un temps pour entendre les victimes, les prévenus et la défense.”

Vu le nombre de personnes attendues, la grande salle d’audience risque d’être rapidement comble. Le parquet général a donc fait installer des écrans vidéo dans la salle voisine, ce qui permettra au public de suivre en temps réel les débats. Et même la salle des pas perdus a été équipée.

Quant aux prévenus : ils seront 8 à se succéder à la barre pour répondre du chef d’homicide involontaire. Parmi eux : cinq dirigeants et cadres de la compagnie domestique qui avait mis la clé sous la porte peu après le drame.

Reportage J-B Calvas
 

Rédigé par

infos coronavirus