mardi 27 septembre 2022
A VOIR

|

Une surcharge à l’origine de l’accident du Taporo 7

Publié le

Selon le capitaine du Taporo 7, c'est la surcharge du navire qui est à l'origine de la voie d'eau. Par souci de rendement, l'équipage a chargé trois fois plus de containers que d'habitude, ce qui a provoqué le déséquilibre du bateau et permis à l'eau de s'y engouffrer.

Publié le 04/03/2022 à 15:50 - Mise à jour le 05/03/2022 à 10:25
Lecture 5 minutes

Selon le capitaine du Taporo 7, c'est la surcharge du navire qui est à l'origine de la voie d'eau. Par souci de rendement, l'équipage a chargé trois fois plus de containers que d'habitude, ce qui a provoqué le déséquilibre du bateau et permis à l'eau de s'y engouffrer.

Les opérations de sécurisation du Taporo 7 se poursuivent ce vendredi. Avec plus de 300 000 litres d’eau à l’intérieur du navire, l’urgence est de stabiliser l’ensemble.

Malgré un rire de façade, le capitaine du Taporo 7, Alban Brothers, reste choqué après une nuit stressante. Il explique que juste après avoir procédé à la lever d’un container, “parce qu’on était à la limite de l’enfoncement, comme un tsunami, l’eau est montée au niveau du bord et ça a envahi [le bateau] petit à petit. Et comme un tsunami, on ne pouvait plus arrêter cette masse d’eau qui arrivait”.

Lire aussi > Le Taporo 7 coule à Motu Uta

Au cours de la soirée de jeudi, des tentatives de pompages de l’eau de mer présente dans la cale ont été effectuées, mais n’ont pu aboutir en raison d’un problème technique : une panne de pompe est survenue. Un mal pour un bien selon Sergio Bordes, le chef de colonne des pompiers de Papeete : “Hier soir, on était partis pour retirer l’eau [mais] il y a eu un souci et ce n’est pas la solution. La solution, c’est de remettre de l’eau dedans pour stabiliser le navire. Si on épuise l’eau actuelle, le bateau risque de basculer”. Et ce, en raison de la charge trop élevée de la cargaison du Taporo. Car l’eau permet pour l’heure d’équilibrer la surcharge du navire.

Grâce à des générateurs mobiles amenés sur les lieux, l’électricité a été partiellement rétablie à bord, ce qui a permis de fermer la rampe d’accès du bateau par laquelle l’eau s’était infiltrée. De même, la grue de bord a été repositionnée à tribord afin d’aider à la stabilisation du navire. Actuellement, la gîte a une inclinaison défavorable de 25%, ce qui peut provoquer un basculement du navire à tout moment.

C’est par souci de rendement que l’équipage du Taporo 7 a été amené à dépasser la capacité de charge du bateau. Comme l’explique son capitaine, “il faut savoir qu’on est le seul bateau actuellement qui tourne sur les îles Sous-le-Vent. Donc du coup, ça a multiplié par trois les marchandises. Habituellement, on en prend le tiers. Il y a trois bateaux qui font cette ligne et on est les seuls depuis une semaine”.

Pour l’heure, “pas de risque immédiat de pollution” rassure le chef de colonne des pompiers de Papeete. De plus, un dispositif anti-pollution a été déployé autour du navire par le port autonome de Papeete.

Tôt ce matin, les experts de la compagnie d’assurance de la société Taporo ont fait arrêter les opérations de pompage et ont dépêché sur les lieux deux plongeurs afin d’évaluer le positionnement de la coque et de s’assurer de la bonne assise du navire. Suite à cette expertise, il a été décidé de rétablir en priorité l’assiette du navire pour permettre le déchargement de l’ensemble de la cargaison se trouvant à bord.

L’opération étant sensible en raison de l’inclinaison actuelle du navire, il a été convenu d’un commun accord avec les experts, le capitaine du Taporo VII et le chef de corps des sapeurs-pompiers de Papeete, de remplir les ballasts tribord afin de rééquilibrer le navire. Cette opération devrait prendre toute la journée de ce vendredi 4 mars. Les containers pourront être déchargés ce samedi et le pompage de l’eau de la cale s’effectuera le lundi 7 mars.

Selon la direction de la société Taporo, les containers débarqués seront immédiatement chargés sur le navire Taporo VI de retour cet après-midi des Tuamotu pour les faire acheminer aux îles Sous-le-Vent. Sur demande de l’armateur, s’il l’estime nécessaire, le navire administratif Tahiti Nui peut être mobilisé pour le transport des marchandises à destination.

infos coronavirus