mercredi 12 août 2020
A VOIR

|

Une infirmière libérale agressée par un patient : elle témoigne

Publié le

Après 26 ans de métier, cette infirmière ne se doutait pas qu'elle pourrait se retrouver dans une telle situation. Samedi à Faa'a, un patient s'en est violemment pris à elle. Rouée de coups, elle s'est vue délivrer 3 jours d'ITT.

Publié le 27/11/2019 à 19:00 - Mise à jour le 28/11/2019 à 16:55
Lecture 3 minutes

Après 26 ans de métier, cette infirmière ne se doutait pas qu'elle pourrait se retrouver dans une telle situation. Samedi à Faa'a, un patient s'en est violemment pris à elle. Rouée de coups, elle s'est vue délivrer 3 jours d'ITT.

M. est infirmière depuis 1993, et exerce en tant qu’infirmière libérale remplaçante sur le fenua depuis fin 2015. Samedi, lors d’une visite chez un patient à Faa’a, elle a été violemment agressée : « En fin de matinée je suis allée faire un soin chez un patient que l’on voit tous les jours depuis un peu plus d’un mois je pense et quand je me suis aperçue que son état de santé nécessitait peut-être un avis médical, j’ai contacté le Samu. »

Alors qu’elle est au téléphone, le patient se lève. L’infirmière croit alors que le patient va mieux et le signale à son interlocuteur. Mais l’homme lui assène une première gifle « assez violente, qui m’a fait enlever mes lunettes, mon téléphone. Et par la suite, pendant 2 minutes, il n’a pas arrêté de me cogner. Coups de poing, coups de pied… Malheureusement je n’ai pas réussi à me défendre. Le seul moment où j’ai réussi à m’échapper c’est lorsque son épouse est arrivée. A force de m’entendre crier, son épouse est arrivée et il s’est tourné vers elle. A ce moment j’ai pu m’échapper de la maison. »

« pendant 2 minutes, il n’a pas arrêté de me cogner.  »

Elle rappelle le médecin du Samu et lui explique la situation. L’infirmière a des hématomes, la lèvre tuméfiée… Elle s’est vue délivrée 3 jours d’ITT mais « la plus grosse blessure reste psychologique parce qu’avec mon métier il faut que j’avance parce que les autres patients ont besoin de moi. »

En 26 ans de carrière, c’est la première fois qu’elle est agressée de cette façon. « Même des patients connus violents ne m’ont jamais agressée de la sorte. »

L’infirmière raconte également que l’épouse du patient l’a appelée le lendemain. Elle s’inquiétait « de qui viendrait faire le soin à son époux. Elle a dit qu’il ne voulait pas me frapper, qu’il s’était trompé de personne et que c’est elle qu’il voulait frapper. »

L’infirmière a porté plainte à la gendarmerie. En témoignant, elle veut montrer la difficulté de son métier. L’ordre des infirmiers envisage également de porter plainte. Une réunion doit avoir lieu la semaine prochaine durant laquelle cet incident sera évoqué.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV