dimanche 29 novembre 2020
A VOIR

|

Une horticultrice se fait dérober toutes ses fleurs juste avant la Toussaint

Publié le

Un triste fait divers qui a fait le tour des réseaux sociaux. Hier matin, Tekura Durietz, une agricultrice de Papeari, s’est rendue dans son faapu pour récolter les fleurs qu’elle cultivait afin de les vendre pour la Toussaint. Mais toute sa production avait été dérobée dans la nuit. Le préjudice s’élèverait à près de 300 000 Fcfp.

Publié le 31/10/2020 à 16:42 - Mise à jour le 31/10/2020 à 17:09
Lecture < 1 min.

Un triste fait divers qui a fait le tour des réseaux sociaux. Hier matin, Tekura Durietz, une agricultrice de Papeari, s’est rendue dans son faapu pour récolter les fleurs qu’elle cultivait afin de les vendre pour la Toussaint. Mais toute sa production avait été dérobée dans la nuit. Le préjudice s’élèverait à près de 300 000 Fcfp.

Stupeur vendredi pour mama Tekura lorsqu’elle se rend dans son faapau : elle s’aperçoit qu’elle s’est fait voler toutes les fleurs qu’elle cultivait depuis toute une année pour la Toussaint.

Ses fleurs sont sa seule source de revenu qui lui permet de vivre toute une année. La maigre retraite de son mari permet tout juste au couple de s’acheter à manger : « Cet argent-là nous sert aussi à payer nos factures… On ne peut pas compter que sur la retraite ».

Mama Tekura estime son préjudice à près de 300 000 Fcfp. Elle n’a pas déposé de plainte car elle sait qu’elle ne récupèrera jamais ses fleurs. Pour elle, quoi qu’il arrive aux coupables, ils recommenceront. Mama Tekura se fait régulièrement voler des fruits ou du taro, mais c’est la première fois que toute ses fleurs disparaissent. C’est également la première fois qu’elle exprime sa colère.

infos coronavirus

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :