dimanche 18 avril 2021
A VOIR

|

Un trajet de l’Aremiti perturbé par des jeunes, bagarre à Vaiare

Publié le

Faut-il renforcer la sécurité à la gare maritime de Papeete ? Vendredi soir, un groupe de jeunes a perturbé la traversée vers Moorea. Les faits se sont passés lors de la dernière rotation à bord de l’Aremiti ferry. Le Navire a dû s’arrêter en pleine mer pour calmer les esprits. Selon la compagnie, ce phénomène est récurrent à la veille des vacances scolaires

Publié le 17/02/2020 à 17:17 - Mise à jour le 17/02/2020 à 17:21
Lecture 2 minutes

Faut-il renforcer la sécurité à la gare maritime de Papeete ? Vendredi soir, un groupe de jeunes a perturbé la traversée vers Moorea. Les faits se sont passés lors de la dernière rotation à bord de l’Aremiti ferry. Le Navire a dû s’arrêter en pleine mer pour calmer les esprits. Selon la compagnie, ce phénomène est récurrent à la veille des vacances scolaires

Vendredi soir, il y avait foule à la gare maritime. Dans la salle d’embarquement, près de 400 personnes attendaient le bateau, et parmi elles une quarantaine de jeunes originaires de l’île sœur, des mineurs et des jeunes adultes, certains alcoolisés selon plusieurs témoins… Pour tenter de calmer les esprits, le personnel de la compagnie est intervenu. Quelques fauteurs de troubles n’ont rien voulu entendre.

« Un des passagers était un peu alcoolisé on va dire. Mais tranquille. Le problème c’est qu’il s’en est pris à un de nos employés, raconte Vanini Agnieray, assistante de direction. On était un peu livrés à nous-même donc on a fait ce qu’on a pu pour essayer de minimiser les dégâts. Mais évidemment les autres passagers, ceux qui restent tranquilles subissent. »

Difficile de filtrer à l’embarquement ces passagers noyés dans la foule. Le groupe s’est encore fait remarquer à bord. Les marins ont dû intervenir. Les jeunes assis dans cette zone sur le pont supérieur n’ont pas voulu baisser le volume de leurs enceintes. « Dès qu’il y a eu la première sommation, les marins se sont fait presque agresser. Ils ont failli se faire taper dessus. C’est un manque de respect total », estime François Chaumette, capitaine en second.

Le capitaine stoppe le bateau en pleine mer

Fait plus rare, le capitaine, Rainui Tchung, a stoppé le bateau en pleine mer et de nuit. La compagnie envisage de revoir ses contrôles d’accès à bord pour assurer la sécurité des autres passagers : « C’est inquiétant. On est toujours un peu stressés nous l’équipage de ce genre de gestion à affronter. Mais bon on va dire qu’on a un peu l’habitude parce que c’est pas nouveau. Ce n’est pas la première tension qu’on rencontre. »

Conséquence, le ferry est arrivé à quai à Moorea vers 20 heures. Un des passagers s’est exprimé sur les réseaux sociaux. Il souhaite rester anonyme. Il dénonce le manque de respect de ce groupe de jeunes Des familles ont été contraintes de descendre dans les salons à cause du bruit : « Juste à cause d’eux, je suis arrivé tard à la maison. Je n’ai même pas pu faire mes devoirs ce soir là parce qu’il était trop tard du coup j’ai dû faire le lendemain matin en prenant le premier bateau. Et il y avait d’autres familles : chacun veut rentrer le plus tôt possible voir la famille tout ça. Tous dans le même bateau et on est obligés de subir leur style de vouloir se montrer, de jouer au plus fort. Ils s’en fichent des autres ! »

Interpellations…

Les échauffourées se sont ensuite poursuivies sur le quai de Vaiere. Une bagarre a éclaté dans un bus. 4 jeunes ont été interpellés. Un des policiers municipaux de Moorea a été blessé. Une interruption temporaire de travail de 6 jours lui a été délivrée.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.