samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

Un prématuré meurt au Taaone, les parents indemnisés

Publié le

Publié le 12/12/2017 à 11:19 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:18
Lecture 2 minutes

A qui la faute? ​Un prématuré de 34 semaines est né au Centre hospitalier de Polynésie française (CHPF) le 17 octobre 2013. Pris en charge dans l’unité de néonatologie, il a été installé en incubateur sous surveillance.

Le 19 octobre de cette même année, le nourrisson est sujet à des apnées du prématuré. Après une légère amélioration, son état se dégrade brusquement avec l’apparition d’un pneumopéritoine résultant d’une perforation digestive.

L’équipe médicale réalise une intervention en urgence sur le nouveau-né. En vain. Le 22 octobre, le décès du bébé est prononcé.

Les parents ont demandé une expertise du corps. Le médecin a conclu qu’une infection nosocomiale était la cause du décès.

Le couple endeuillé a estimé que le CHPF en était responsable.

Au titre de leurs préjudices et de celui de leur fils, ils ont demandé des indemnités de 20 000 (plus de deux millions de francs) et de 30 000 euros (plus de trois millions de francs).

De son côté, la CPS a réclamé plus de 3 millions de francs au centre hospitalier au titre de ses débours.

Dans une décision rendue ce mardi, le tribunal administratif a conclu que le CHPF était responsable de la mort du nourrisson.

« Il résulte de l’instruction que le choc toxi-infectieux à l’origine de l’insuffisance rénale sévère et de la détérioration de l’état neurologique ayant conduit au décès avait pour origine un bacille pyocyanique, bactérie acquise par ingestion dans les voies digestives de l’enfant à partir de l’environnement hospitalier. »

La juridiction administrative a condamné le CHPF a versé une indemnité de 800 000 francs pour les préjudices de leur fils. En outre, le Taaone devra verser la somme d’un peu plus de 1,7 millions de francs à chacun d’entre eux, soit plus de trois millions au total. Le tribunal administratif a jugé que le CHPF ne devait que 40 000 francs à la CPS.

Rédaction web

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Des collégiens participent à la mise en valeur du...

Contribuer à la préservation du marae Taputapuatea en aidant à le mettre en valeur, c’est le challenge relevé par des élèves d’une classe patrimoine du collège de Faaroa à Raiatea. L’espace d’une journée, élèves, professeurs, parents d’élèves et responsables du site, se sont donnés la main pour le toilettage de quelques plateformes. L’occasion pour certains de renouer avec le passé…

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV