jeudi 22 octobre 2020
A VOIR

|

Un chasseur de Ua Pou évasané après une chute

Publié le

Un jeune chasseur de l’île de Ua Pou aux Marquises a été évacué lundi 9 décembre aux alentours de 20h par voie aérienne sur l’hôpital de Taaone. Il a chuté d’une falaise d’une dizaine de mètres.

Publié le 10/12/2019 à 18:06 - Mise à jour le 11/12/2019 à 9:10
Lecture < 1 min.

Un jeune chasseur de l’île de Ua Pou aux Marquises a été évacué lundi 9 décembre aux alentours de 20h par voie aérienne sur l’hôpital de Taaone. Il a chuté d’une falaise d’une dizaine de mètres.

Lundi 9 décembre dans l’après-midi, trois jeunes hommes de Hakatao sur l’île de Ua Pou partent à la chasse. Ils se rendent en pirogue sur le site de chasse. L’un d’eux reste dans la pirogue pendant que les deux autres, des frères, escaladent la petite falaise surplombant la mer.

L’un des deux s’arrête car les pierres ne sont pas stables, le second le dépasse et c’est à ce moment qu’une pierre se dérobe. Le malheureux chute d’une hauteur de près de dix mètres et tombe sur le dos. Le jeune homme en détresse respiratoire est rapidement évacué sur le village de Hakatao où les autorités provoquent une évacuation sanitaire sur Nuku Hiva puis l’hôpital de Taaone.

Le jeune homme serait sorti d’affaire mais souffrirait de lésions à la colonne vertébrale. Selon ses proches, son sac à dos aurait permis d’amortir sa chute et limité ainsi la gravité de ses blessures.

infos coronavirus

Les programmes des vols internationaux d’octobre 2020 à mars 2021

Les compagnies aériennes internationales desservant la Polynésie française ont déposé, pour approbation, leurs programmes de vols pour la saison IATA Hiver 2020-2021, courant du 25 octobre 2020 au 27 mars 2021. Ces programmes de vols s’inscrivent dans le contexte de la pandémie mondiale de la Covid-19.

Covid-19 : quels protocoles sanitaires pour les infirmiers libéraux à Raiatea ?

Plusieurs corps de métiers sont directement exposés à la Covid-19. Parmi eux, les infirmiers libéraux. À Raiatea, ils sont cinq à exercer cette profession. Depuis le mois de mars, leurs visites à domicile sont soumises à un protocole très rigoureux, afin de les protéger, ainsi que leurs patients.