mardi 11 août 2020
A VOIR

|

Un an de prison ferme pour le voleur de vélo

Publié le

Publié le 17/06/2018 à 16:45 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:17
Lecture 2 minutes

Dans la nuit du 16 au 17 juin, aux alentours de trois heures du matin, un adolescent résidant à Mamao, se rend à vélo dans une station-service de l’Avenue Prince Hinoi, pour y acheter de la nourriture. Au niveau de l’ancien hôpital de Mamao, il croise un homme ivre qui lui crie une insulte avant de lui asséner un coup de poing au visage. Le jeune homme chute de son vélo. Son assaillant se penche sur lui pour lui donner un second coup de poing. L’agresseur s’empare du vélo.
 
>> L’agresseur rapidement appréhendé
 
Un témoin de la scène appelle la police. Une patrouille arrive rapidement sur place et voit l’agresseur qui pédale en rond dans le parking. Les fonctionnaires de police pourchassent le voleur qui chute avec le vélo. Vu son état d’alcoolémie avancé, il est rapidement appréhendé et placé en garde à vue. Une ITT d’un jour est délivrée à la victime qui souffre d’une blessure légère à la lèvre.
 
>> Un habitué du tribunal
 
L’auteur des violences et du vol a été présenté au tribunal dans l’après-midi du 18 juin sous le régime de la comparution immédiate. Il a déjà été condamné à huit reprises pour des faits de violence et de vol. Il est donc en état de récidive et conformément à la loi il ne peut échapper à une peine de prison ferme.
 
>> « Je m’excuse »
 
Avant que la Cour ne livre son jugement, le prévenu a tenu à s’excuser auprès de sa victime. Il lui a serré la main en lui disant en face : « je m’excuse ». Il a été condamné à un an de prison ferme. Une peine à laquelle s’ajouteront les deux sursis dont il avait bénéficié lors de ses deux précédentes condamnations. Il a été conduit directement à Nuutania. Il sera de nouveau convoqué au tribunal le 10 octobre pour l’audience civile. Les parents de la victime ont demandé des dommages et intérêts.
 

Sam Teinaore

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV