mercredi 21 août 2019
A VOIR

|

Tribunal : la bande des douze avait commis 21 cambriolages

Publié le

Publié le 28/08/2017 à 14:38 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:19
Lecture 2 minutes

Entre mai et octobre 2013, les gendarmes avaient constaté une hausse anormalement importante des cambriolages sur Tahiti.

Des stations-services, des églises mais aussi des cabinets médicaux et des établissements scolaires avaient eu la visite de voleurs qui n’hésitaient pas à dégrader l’intérieur des lieux.

Puis une bande s’en est pris à deux femmes, à leur domicile, alors qu’elles dormaient. En pleine nuit et le visage dissimulé (l’un portait un masque du film Scream), ils avaient pénétré dans leur habitation et n’avaient pas hésité à leur porter des coups.

L’enquête des gendarmes avaient pris une autre tournure après cette agression et permis de remonter aux auteurs des faits.

Toute cette équipe à tiroirs était alors tombée. Au total, elle avait commis 21 cambriolages pour un bénéfice estimé de quelque 2 millions de francs.

A la barre, ce mardi, les mis en cause présents (la moitié d’entre-eux ne s’était pas déplacée), ont reconnu leur participation aux larcins.

L’un des meneurs de l’équipe a assuré avoir aujourd’hui changé. « Depuis deux ans je ne fais plus de bêtise. J’ai tout arrêté. J’ai compris la leçon », a-t-il juré, ajoutant vouloir se lancer dans une activité de garagiste.

Mais comme la plupart des prévenus dans le dossier, son casier judiciaire, chargé, ne plaide pas en sa faveur.

“sanctuaires “

Les avocats des victimes, telle la commune de Punaauia dont une école a été vandalisée, ont, eux, fait part de leur exaspération.

« Ils ont défoncé des portes, saccagé des salles, le bureau du directeur et le secrétariat et ont dérobé des sommes d’argent. C’est un peu alarmant, les écoles sont censées être des sanctuaires », s’est désolé Me Mikael Fidèle, l’avocat de la commune, qui chiffre les travaux de réparation à environ 300 000 francs.

Le tribunal a finalement condamné onze des douze prévenus. Des peines diverses ont été prononcées en fonction de l’implication des mis en cause dans les larcins et de leur passé judiciaire.

Deux des principaux auteurs ont été condamnés à 18 mois de prison ferme. Ces derniers ne s’étant pas présentés à l’audience, un mandat d’arrêt a été émis à leur encontre. Les autres écopent de peines allant de 6 mois avec sursis à une année ferme.

Tous devront enfin indemniser leurs victimes.
 

J-B. C.

 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction