A VOIR

|

Taravao : un homme aurait tué sa mère en l’étranglant

Publié le

Dimanche, un homme de 48 ans aurait tué sa mère rapportent nos confrères de Tahiti infos. Le drame s'est produit à Taravao.

Publié le 10/10/2022 à 9:17 - Mise à jour le 12/10/2022 à 11:23
Lecture 2 minutes

Dimanche, un homme de 48 ans aurait tué sa mère rapportent nos confrères de Tahiti infos. Le drame s'est produit à Taravao.

Edit du 12 octobre : après 48 heures de garde à vue, l’homme a été placé en détention provisoire, ont rapporté nos confrères de Tahiti Infos. S’il est renvoyé devant la cour d’assises, l’homme encourt la réclusion criminelle à perpétuité, ont-ils également précisé.

Le quadragénaire s’occupait de sa maman depuis le décès de son mari, en 2013. Mais depuis un mois, il était dépressif, selon sa famille, notamment en raison de difficultés à son travail.

Une des filles de la victime, la chanteuse Maruia, avait accepté de le loger chez elle à Taravao, par peur qu’il ne mette fin à ses jours. Mais la famille n’imaginait pas qu’il puisse attenter à la vie de sa mère.

Contrairement à ce qui avait été annoncé dans un premier temps, en dehors de la victime et du suspect, les autres membres de la famille n’était pas présents ce dimanche matin, jour du drame. Ils étaient à la messe. “J’étais à l’Eglise et il m’a appelé pour me demander de venir en urgence, sans me donner de détails”, explique le beau-frère de la victime, Philippe Krawczyk. “Quand je suis arrivé, il était assis à ses pieds, paniqué, on aurait dit qu’il venait de se rendre compte de ce qu’il avait fait”.

La famille ne parvient pas à expliquer ce qu’elle considère comme un “coup de folie” en lien avec sa dépression.

Maruia a accepté de témoigner : “j’étais avec des amis à Moorea et j’ai eu un coup de fil de mon tane qui avait du mal à m’annoncer ce qui s’était passé. Comme c’est un grand farceur je ne l’ai pas cru. Il m’a passé ma belle-mère et c’est elle qui m’a confirmé que ma maman était morte, étranglée. (…) Je pensais que c’était lui qui mettrait fin à sa vie… (…) Ça fait quelques semaines que j’ai vu qu’il n’était pas bien. Il m’a demandé de l’aide mais je n’ai pas rapidement compris. (…) J’ai mal compris son message. (…) Il me disait qu’il n’arrivait plus à dormir (…) Depuis la mort de mon papa en 2013 c’est lui qui a décidé de s’occuper de ma maman. J’ai accepté parce que je sais que ma maman voulait vivre avec lui (…) La semaine dernière on a parlé. (…) Il me disait que c’était un tout. Il se sentait petit, dévalorisé. Il ne savait plus où il en était. (…) Ils étaient tout le temps ensemble. Il l’embarquait même au karaoke parce que c’est elle qui le voulait. Elle ne voulait pas le lâcher (…) Je ne sais pas ce qui s’est passé. je ne l’ai vu que 30 secondes à la gendarmerie. Je ne peux pas lui en vouloir. Il a tellement fait. il a mis sa vie personnelle de côté pour s’occuper de notre maman. (…) Je ne peux pas pardonner ce qu’il a fait mais je ne peux pas lui en vouloir. Il a tellement eu de crasses dans sa vie. Il a tellement été rabaissé, humilié par notre famille.”

La veillée a lieu ce lundi soir. L’inhumation se fera demain mardi à 14 heures à la Presqu’île.