samedi 15 août 2020
A VOIR

|

Six ans de prison pour avoir tué sa femme

Publié le

Publié le 10/09/2014 à 16:37 - Mise à jour le 29/06/2019 à 9:17
Lecture < 1 min.

Le 2 janvier 2013, dans la vallée de Nuutania à Faa’a, une mère de famille de 3 enfants mourrait sous les coups de poings assénés par son compagnon. Erwin Avaemai comparaît depuis ce jeudi 11 septembre au matin pour violences volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner. Il risquait jusqu’à 20 ans de réclusion criminelle. Il a finalement été condamné à six ans ferme.
« Je regrette ce qui s’est passé. J’aimais ma femme. Je demande pardon » a-t-il clamé dans la salle d’audience du tribunal de Papeete. Ce sont ses premiers mots. Il avait pourtant déjà condamné pour violences sur sa compagne. Les 4 coups violents et mortels qu’il lui a infligés au visage sont partis parce qu’elle était rentrée ivre et trop tard à son goût, comme explique l’avocate Me Anabelle Roy.
Au cours des débats, la représentante des mineurs signale que la victime avait été violée par son père à l’âge de 14 ans. L’alcool pourrait être une échappatoire, comme le constate Marie-Thérèse Taero administrateur ad hoc.
Erwin Avaemai était au courant de ce fait tragique. L’homme est décrit par les experts comme un individu jaloux, décrit Me Myriam Toudji, avocate de la partie civile.
« L’éducation que j’ai donné à mon fils n’a pas été complète, témoigne le père de l’accusé » confesse Ramon Avaemai, le père de l’accusé. Ses petits-enfants, sans mère et avec un père en prison, lui ont pourtant été confiés.
Erwin Avaemai n’avait probablement pas l’intention de tuer, mais le résultat est là. Cette jeune femme de 30 ans a perdu la vie sous les coups de poing d’un homme qui disait l’aimer.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV