mardi 13 avril 2021
A VOIR

|

Salon de l’Habitat : la victime a prétexté une MST pour faire fuir son agresseur

Publié le

Publié le 19/03/2017 à 15:06 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:21
Lecture 2 minutes

L’homme de 23 ans tenait un stand de panneaux solaires situé à proximité de celui de la mère de la victime. Une jeune femme qui lui a tapé dans l’œil, comme il l’a reconnu. Il a donc eu la mauvaise idée de la suivre lorsqu’elle s’est rendue dans les toilettes pour changer de vêtements.

L’individu s’est alors engouffré dans la cabine puis a fermé la porte à clé. Il a ensuite déshabillé le chemisier de la jeune femme et s’est livré à des attouchements. Enfin, il lui a réclamé une fellation.

Malgré les circonstances, la victime a su garder la tête froide. Et elle est parvenue à freiner les ardeurs du jeune homme en lui affirmant qu’elle était atteinte d’une maladie sexuellement transmissible.
« Je me disais que si je criais, ou me débattais, il allait me frapper. C’est pour ça que j’ai inventé cette histoire de MST« , a-t-elle déclaré à l’audience, des sanglots dans la voix.

Un subterfuge qui a fonctionné puisque son agresseur a finalement quitté les toilettes. Face au magistrat, le mis en cause a reconnu l’intégralité des faits. « J’ai flashé sur elle« , a-t-il dit avant de se tourner vers la jeune femme : « je te demande pardon pour tout le mal que je t’ai fait« .

Son avocate s’est appuyée sur le rapport de l’expert psychiatre pour insister sur le fait que son client n’était pas « un pervers » mais quelqu’un « d’immature » à la recherche « de l’image maternelle« . « Il n’y a pas de risque de récidive« , a-t-elle ajouté.

« Si vous me laissez une dernière chance, je vous promets que vous n’allez plus me revoir« , a assuré, pour sa part, l’agresseur à l’issue de son procès.

Déjà connu de la justice, pour des vols, il a finalement écopé d’une peine de deux ans de prison, dont une année assortie du sursis, avant d’être écroué sur le champ à Nuutania. Il devra également verser 250 000  Fcfp de dommages et intérêts à sa victime pour le préjudice moral subi.
 

J-B. C.

 

infos coronavirus