jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

Robert Para : « le téléphone a sonné. On m’a dit que c’était ma fille. Je n’y croyais pas »

Publié le

Publié le 13/11/2016 à 16:41 - Mise à jour le 27/06/2019 à 10:30
Lecture 2 minutes

Ils ont été retrouvés ce lundi après-midi, une semaine après leur disparition. Meherio et Laurent Para sont sains et saufs. Après avoir retrouvé leur famille à Papara, ils sont allés consulter un médecin. Leur père Robert raconte comment il a su que ces enfants avaient été retrouvés. « On était tous chez moi à Mataiea avec mes deux filles, ma belle fille et mes trois petits enfants. On était en train de jeûner depuis ce matin pendant la prière.(…) On a attendu des nouvelles. (…) Vers 14 heures, je faisais une petite sieste, je venais de m’allonger et le téléphone a sonné. On m’a dit que c’était ma fille. Je n’y croyais pas. Il fallait que je l’entende moi-même. (…) J’ai reconnu sa voix. Elle m’a dit « papa je vais bientôt entrer dans la passe. Viens me chercher à Papara » (…) Les larmes ont coulé toutes seules. Ce sont des larmes qu’on avait gardées depuis mardi dernier. »

Avant cette mésaventure, Robert et sa fille s’étaient déjà perdus avec le poti.  Pour lui, ses enfants ont survécu grâce à des signes. « Des fois on voit des choses… Dimanche dernier je me suis perdu avec ma fille au large de Makatea. On a retrouvé la terre parce qu’on avait aperçu quelque chose venir dans le bon cap et nous on ne savait pas que c’était le bon cap. On allait passer Huahine et quand j’ai vu ce bateau venir je me suis dit tiens il y  a un bateau il y a la terre. On s’est fixé dessus pour prendre le cap et on a foncé pendant 15 minutes. On n’a pas vu de bateau. Pourtant j’avais dit à ma fille qu’il y avait un bateau. On est restés 8 minutes, on a cherché, on n’a pas vu de bateau. On s’est dit qu’on allait couper le moteur et attendre. Huahine était dans les nuages. On ne voyait rien. À un moment j’ai aperçu Huahine dans les nuages. Je me suis dit voilà la terre. On a foncé. (…) Les signes sont toujours là, présents. Ce sont des enfants qui descendent des reines espagnoles », raconte Robert, encore ému d’avoir retrouvé ses enfants. 

Pour le père de famille aussi la boussole du bateau est certainement à l’origine de la disparition de Meherio et Laurent. « On utilise jamais la boussole. On met toujours le GPS. Mais cette fois je n’ai pas amené le GPS. Dimanche, je me suis concentrée sur la boussole sans savoir qu’elle était orientée par l’aimant des haut-parleurs qui étaient à l’intérieur du bateau. Ce qui me donne à chaque fois de faux caps. (…) Aujourd’hui on va résoudre ce problème comme il faut. On se méfiera beaucoup plus qu’avant. » 

Meherio et Laurent ont été retrouvés ce lundi au large de Papara par un bateau. Désorientés, ils n’ont pas encore confié les détails de leur mésaventure. 

La famille et la Fédération d’entraide et de sauvetage en mer avaient repris les recherches ce lundi du côté des Tuamotu.  C’est au moment où Stanley Ellacott atterrissait à Fakarava pour poursuivre les recherches, que la famille l’informait que Meherio et Laurent avaient été retrouvés.  
 

​Rédaction web (Interview : Mike Leyral)

L’interview de Robert Para

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV