mercredi 5 août 2020
A VOIR

|

Recueillement au procès du meurtre de Sandy Ellacott

Publié le

Publié le 05/02/2018 à 17:53 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:18
Lecture 2 minutes

La famille et les amis de Sandy Ellacott étaient vêtus de blanc et de noir pour la première journée de procès à la cour d’assises. Certaines connaissances de la famille ont pris l’avion depuis Bora Bora pour les soutenir, d’autres ont été convoqués comme témoins. L’émotion était lisible sur le visage des proches de Sandy. Son père Stanley n’a pas souhaité faire de déclaration aux nombreux journalistes venus assister à cette première journée de procès. Une consigne de son avocat. Comme un écho, aucun avocat n’a souhaité faire de déclaration à la presse, prétextant qu’il était prématuré de s’exprimer et qu’il vaudrait mieux attendre la fin des débats. Lors du procès et à de nombreuses reprises, il a été reproché à la presse d’avoir sur-médiatisé l’affaire. 
A la barre, l’accusé a déclaré qu’il avait l’impression « d’avoir été jugé dans les médias avant même son procès ». 

Incarcéré au lendemain des événements dramatiques du 14 septembre 2015, l’accusé raconte des conditions de détention très difficiles: « tout le monde était contre moi, les détenus, les surveillants. Je ne pouvais pas faire ce que je voulais dans la cellule. Je ne pouvais même pas faire mes besoins ou même me moucher ». Il exprimera des regrets et demandera pardon à la famille de Sandy Ellacott: « Tous les jours je regrette ce que j’ai fait… J’aurais préféré mourir à la place de Sandy. De tout mon coeur, je demande pardon à la famille et à toute la population de Bora ». L’accusé est décrit par ses proches comme quelqu’un de gentil et serviable, son employeur, cité comme témoin, a encore du mal à croire qu’il a pu tuer quelqu’un: « il est tellement gentil. Je ne l’ai jamais vu violent ou agressif envers qui que ce soit ». Lors des débats sur la personnalité de l’accusé, un courrier du proviseur du lycée professionnel d’Uturoa avait été évoqué. Courrier adressé aux parents de l’accusé et dans lequel le proviseur fait état d’un acte citoyen. L’accusé avait prodigué à l’un de ses camarades les gestes de premiers secours alors qu’il se trouvait en difficulté.

Maître Vincent Dubois, l’avocat de la famille de la victime a rapidement mis fin aux descriptions dithyrambiques faites par les proches de l’accusé, en rappelant que Sandy Ellacott est mort des suites de multiples fractures et lésions à la tête et au thorax: « Il ne l’a pas frappé qu’une fois, il s’est acharné sur lui. Il l’a frappé à coups de poings, de pieds, puis il lui a sauté dessus à pied joint. Il a même essayé de l’achever en tentant de lui rouler dessus avec une voiture »

 Toujours sur l’enquête de personnalité, l’avocat général, José Thorel a demandé à l’accusé s’il se considérait comme quelqu’un de violent. Question à laquelle il répond par la négative. Mais lorsqu’il évoque les disputes avec sa concubine ce dernier considère que donner une gifle n’est pas un acte violent.

Pour rappel, lors de la nuit dramatique du 13 au 14 septembre 2015, l’accusé n’avait consommé ni alcool, ni stupéfiant. Il n’arrive toujours pas à expliquer le déchaînement de violence qui l’a conduit à enlever la vie à Sandy Ellacott.

Sam Teinaore

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Le Nation Music Festival de retour pour 3 jours de...

Après plusieurs mois d’incertitudes liés à la crise sanitaire, la 2ème édition du Nation Music Festival prend ses quartiers au Parc Vairai du 30 juillet au 1er août. Cet événement, sans alcool est le premier du genre dédié aux mineurs pour la plupart. Sur scène, plus d’une quarantaine de DJ vont se succéder.

Reef Vahine Cup 2020 : c’est parti !

Vendredi matin a débuté la Reef Vahine Cup, édition 2020 à l’embouchure de la Taharuu. Une compétition de surf qui ouvre la saison à Tahiti. Exclusivement réservée aux femmes, elle voit cette année un taux de participation record.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV