dimanche 20 octobre 2019
A VOIR

|

Quatre éducateurs d’un camp de vacances jugés pour agressions sexuelles sur des ados

Publié le

Publié le 13/03/2017 à 13:45 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:21
Lecture 2 minutes

Les agressions présumées avaient été dénoncées par le directeur d’un centre accueillant des jeunes placés après avoir recueilli le témoignage de l’un de ses pensionnaires qui avait participé à ce camp. Les investigations qui s’en sont suivies avaient permis d’identifier trois autres supposées victimes.

Ces jeunes adolescents auraient subi des attouchements mais aussi des fellations de la part des mis en cause dans ce camp de vacances organisé à la va-vite et où paka et alcool circulaient, selon les conclusions de l’enquête.  Un centre qui ne proposait pas de réelles activités aux jeunes et dont certains des éducateurs avaient été recrutés le jour même de son ouverture.

Au cours de l’instruction, qui remonte à plus de cinq ans, deux des prévenus, tous raerae, avaient reconnu leurs agissements, au contraire du directeur du camp et de l’un des éducateurs. A la barre, ce mardi, tous deux ont une nouvelle fois nié toute agression.

Sans convaincre le procureur pour qui la culpabilité de l’ensemble des mis en cause est avérée en raison “des éléments corroborés au travers des témoignages“. “Il semble ahurissant qu’en tant que directeur, ou éducateurs, ils puissent s’adonner à de tels faits”, s’est indigné le magistrat.

L’avocate des victimes présumées, Me Vasanthi Daviles-Estines, a quant à elle évoqué des “jeunes très vulnérables”  du fait de leur passé difficile et dont certains avaient accepté les agressions en échange de “cigarettes” fournies par l’un des animateurs.  

Des adolescents majeurs ou presque aujourd’hui mais qui portent les séquelles psychologiques de ce qu’ils ont subi, selon elle.

Le parquet a réclamé la condamnation des quatre hommes à des peines comprises entre deux ans de prison avec sursis et deux années ferme de détention. Contre trois d’entre-eux, il a en outre demandé une interdiction d’exercer une activité en relation avec des mineurs.

Le tribunal rendra son jugement le 16 mai.
 

J-B. C.

 
 
 

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

18ème salon des îles Australes du 21 octobre au...

La 18ème édition du salon des îles Australes ouvre ses portes lundi 21 octobre à l’Assemblée. Sur le thème de la "valorisation des merveilles de l’artisanat en mer et sur terre", plus de 70 exposants de l’archipel ont fait le déplacement. Ramona Tevaeara’i, présidente du comité organisateur, était l’invitée de notre journal :

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X