dimanche 20 octobre 2019
A VOIR

|

Procès Ellacott : l’accusé demande pardon mais n’admet pas

Publié le

Publié le 07/02/2018 à 16:36 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:18
Lecture 2 minutes

« Je ne sais pas. Je n’étais pas moi-même. » Dans le box des accusés, Henry T. lance ces phrases en guise de réponse aux différentes questions. Ce jeudi, le troisième jour du procès de l’agression mortelle de Sandy Ellacott a démarré par l’examen de la personnalité de l’accusé.

Les experts, un psychologue et un psychiatre, sont intervenus par visioconférence. Ils ont indiqué que le mis en cause avait une personnalité normale, sans pathologie. Selon un des experts, il aurait eu pleinement conscience de ce qu’il faisait.

Au moment de livrer sa version des faits, Henry T. a tenté de minimiser son implication dans la mort du jeune Sandy, un soir de 2015 à Bora Bora. Le déroulement des faits ? Il ne s’en souvient plus de manière précise. Comment tout a commencé ? Non plus.

Devant la cour d’assises, Henry T. explique que Sandy l’avait frappé en premier. Une affirmation remise en cause par les conclusions des médecins légistes : aucune lésion qui peut indiquer que Sandy a frappé. Sur le banc, le père de Sandy, les traits marqués, pousse un grand soupire de frustration.

James Lau, avocat de l’accusé, a livré son analyse à la sortie de la salle d’audience :

« Chacun a vécu la situation à sa manière. Pour Henry, la voiture conduite par Sandy lui fonce dessus. Il ne doit sa survie qu’à avoir sauté par-dessus le capot. »

La défense, en se basant sur les conclusions des experts, estime que son client s’est retrouvé dans une situation de stress immense le soir du drame.

« Pour lui, il encourait un véritable danger. »

Maitre Dubois, avocat de la famille, balaie d’un revers de main cette ligne de défense. Pour lui, l’accusé cherche une excuse pour tenter d’expliquer cet acte « d’une telle sauvagerie. »

« Celle qu’il trouve c’est de dire qu’il aurait été agressé. Sauf que l’on a bien vu ce matin encore, et il l’a dit, c’est lui qui fait arrêter le véhicule de Sandy, c’est lui qui l’insulte en premier, c’est lui qui lui demande de descendre de la voiture pour se battre avec lui. »

Le procès doit se terminer ce vendredi. C’est au cours de cette dernière journée qu’ont lieu les réquisitions de l’avocat général et les plaidoiries des avocats. Le verdict est attendu en fin de journée.

Rédaction web avec Sam Teinaore   

Maitre Lau, avocat de l’accusé

Maitre Dubois, avocat de la famille

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

Vaimua Muliava : “Le numérique, c’est la nouvelle pirogue...

Vaimua Muliava, membre du gouvernement de Nouvelle-Calédonie est actuellement en visite au fenua dans le cadre du Digital festival Tahiti qui se tient à la Présidence depuis le 16 octobre et qui se termine ce samed

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X