samedi 15 mai 2021
A VOIR

|

Prison ferme pour le couple de fonctionnaires qui importait de l’ice via Internet

Publié le

Publié le 12/02/2017 à 17:02 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:21
Lecture 2 minutes

Jugé en comparution immédiate, le couple de fonctionnaires  a reconnu les faits, se présentant comme gros consommateur d’ice depuis peu, selon ses déclarations.

« On avait l’intention, d’abord, de consommer. Le gramme ici vaut cher. On voulait stocker pour notre propre consommation », a expliqué à la barre la professeure des écoles, jusqu’ici inconnue de la justice. Une femme qui affichait un large sourire à son procès, comme si elle était encore sous l’influence de la drogue.

« L’objectif premier était pour notre consommation. On savait qu’on allait se faire avoir. On a décidé de commander en grosse quantité pour stocker », a renchéri son concubin qui était sous le coup d’une mise à l’épreuve pour avoir été condamné en 2015 à un an de prison avec sursis pour des violences.

Tous deux achetaient l’ice via le darknet, pensant ainsi agir dans l’anonymat, et se faisaient livrer régulièrement des colis depuis la Canada, l’Allemagne ou les Pays-Bas. Au total, ils ont introduit 167 grammes de méthamphétamines en Polynésie et revendu une trentaine de sachets d’un poids de 0,1 gramme pour un bénéfice d’environ 1,5 million de francs.

« On est dans l’appât du gain, l’argent facile. Ce trafic est d’autant plus incompréhensible que le couple avait un revenu de 700 000 francs mensuels, tous deux étant fonctionnaires », a tonné la procureure qui a demandé au tribunal de faire preuve de fermeté pour que « l’ice ne puisse être un produit de consommation courante en Polynésie ».

Leur avocat, Me Vincent Dubois, a dépeint deux personnes en proie à des difficultés avec leurs ex-conjoints et tombées dans l’addiction jusqu’à perdre « totalement le sens des réalités ». « Vous ne pouvez comprendre cette situation que si vous êtes vous-mêmes dans la consommation de drogues dures. Qui peut penser que l’on peut importer de la drogue par colis postaux sans se faire attraper ? », s’est-il interrogé.

Outre des peines de prison, le couple a également été condamné à payer une amende douanière d’un peu plus de 20 millions de Francs.
 

J-B. C. 

infos coronavirus