lundi 10 août 2020
A VOIR

|

Plus de 300 agressions sexuelles par an

Publié le

Publié le 09/06/2014 à 17:15 - Mise à jour le 29/06/2019 à 22:47
Lecture 2 minutes

En Polynésie française, 314 personnes ont été victimes d’agression sexuelle en 2013. C’est moins qu’en 2012, mais le pouvoir judiciaire s’inquiète et demande des moyens pour agir. Rien qu’aujourd’hui mardi 10 juin, 8 personnes ont été jugées au tribunal de Papeete pour viol ou d’agressions sexuelle. Ces affaires s’accumulent au tribunal correctionnel qui a prononcé déjà 22 condamnations depuis le début de l’année. Les victimes, des femmes et des enfants, n’hésitent de moins en moins à parler de leur agression, comme l’explique le procureur de la République José Thorel.
Plus d’un tiers des détenus à Nuutania, la prison de Tahiti, ont été condamnés pour atteintes sexuelles. 60% des agressions ont lieu dans la famille. Se pose alors le problème de la prise en charge des délinquants sexuels, une fois la peine purgée (interview de Marie-France Luneau dans ce reportage).
Ce rassemblement de professionnels a aussi posé le problème de l’obligation de soins à la sortie de prison. La Polynésie manque de psychiatres et de psychologues. Il existe très peu de structures adaptées pour traiter les délinquants sexuels, car « ils ne sont pas des malades » précisent les docteurs Raymond Videlaine et Sylvie Le lann.
Éviter qu’il y a ait d’autres victimes, c’est surtout l’objectif de cette rencontre. Les autorités judiciaires se veulent rassurantes. Le taux de récidive est relativement bas 1.8%.

Retrouvez le programme complet du colloque Regards croisés sur les agresseurs sexuels en Polynésie Française en pièce jointe :
 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Raromatai : le programme « Faito tano » pour...

Initié à Raiatea il y a 2 ans, le programme "Faito tano" rassemble aujourd’hui près d’une centaine de familles des îles Sous-le-Vent. L’objectif de ce projet est de lutter contre le surpoids et l’obésité dès le plus jeune âge. Un travail d’accompagnement mené en collaboration avec plusieurs partenaires et soutenu par le ministère de la Santé et la CPS.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV