mercredi 2 décembre 2020
A VOIR

|

Papeete : un employé communal attaqué par les chiens d’un SDF

Publié le

Interruption temporaire de travail de 8 jours pour un employé de la commune de Papeete. L'homme a été attaqué par les chiens d'un SDF.

Publié le 11/07/2019 à 13:40 - Mise à jour le 11/07/2019 à 13:43
Lecture 2 minutes

Interruption temporaire de travail de 8 jours pour un employé de la commune de Papeete. L'homme a été attaqué par les chiens d'un SDF.

Nos confrères rapportaient il y a quelques jours l’attaque d’un policier municipal par des chiens errants. Dans un communiqué, la ville de Papeete explique qu’il s’agit en fait d’un employé communal qui a été attaqué par des chiens appartenant à un SDF

« L’attaque de chiens ne s’est pas faite à l’encontre d’un policier municipal mais à l’encontre d’un employé des services techniques de la Mairie de Papeete. Par ailleurs, les chiens à l’origine de cette attaque n’étaient pas errants ; ils appartiennent à une personne sans domicile fixe, habituée des lieux et absente au moment de l’agression », écrit la commune.

Les faits se sont déroulés le jeudi 6 juillet dernier alors que l’agent se rendait sur son lieu de travail situé aux ateliers communaux de Arupa, à proximité de la caserne des pompiers.

Cinq chiens présents devant le mur d’enceinte de la propriété communale lui ont montré des signes d’agressivité à son arrivée au portail d’entrée. L’un de ces chiens était attaché, il a réussi à se délivrer pour courir vers l’employé municipal et le mordre à l’abdomen.

Alors qu’il tentait de chasser l’animal, l’agent a été attaqué par les quatre autres chiens. L’homme a été mordu et griffé aux cuisses et au tibia. Il a également été blessé aux avant-bras qu’il a utilisés pour se protéger le visage et la gorge.

Il a finalement réussi à se dégager et a été pris en charge par les pompiers de Papeete et conduit à l’hôpital du Taaone.

Les lésions causées par des lacérations et des morsures importantes aux jambes, aux bras et à l’abdomen ont nécessité plusieurs points de suture. En outre, une Interruption Temporaire de Travail de 8 jours lui a été octroyée par le médecin urgentiste. 

L’agent communal a déposé plainte le jour-même auprès de la direction de la Sécurité Publique qui instruit actuellement cette affaire.

Aujourd’hui, cet employé va bien et se remet progressivement de ses blessures qui le font encore souffrir.

Le site de Arupa accueille notamment des hangars municipaux, la caserne des pompiers ainsi que le centre de jour des SDF et le centre d’accueil Te Vaiete. Il est fréquenté par des jeunes enfants, des adolescents et des adultes. Dans son communiqué, la commune souligne que « d’un commun accord avec la direction de la Sécurité Publique », la capture de ces chiens présentant un risque pour la sécurité des usagers du site a donc été décidée par mesure de précaution.

Les chiens ont été capturés le lendemain de l’attaque et sont actuellement au refuge municipal de Papeete.

La commune rappelle que les habitants de la ville de Papeete sont invités à maintenir leurs animaux de compagnie à l’intérieur de leurs propriétés ou à les garder en laisse et muselés lorsqu’ils les promènent. Il est rappelé également que les chiens de plus de 4 mois doivent être munis d’un moyen d’identification (tatouage ou puce électronique).

La mairie de Papeete invite les personnes sans domicile fixe propriétaires de chiens à se faire connaître auprès de la police municipale « afin qu’un dialogue puisse être amorcé. En effet, il convient de leur garantir leur droit d’avoir un animal de compagnie sans que la sécurité de tous n’en soit impactée pour autant.  A cet effet, ils seront priés de munir leurs chiens d’une laisse avec muselière, de leur faire apposer un moyen d’identification, de les faire stériliser, de disposer d’un carnet de santé et de les maintenir à jour de leurs vaccinations ». 

infos coronavirus

À partir du 15 décembre, retour à la normale pour les voyages France – Polynésie

Les Français retrouveront avec la levée du confinement la liberté de circulation à partir du 15 décembre, a affirmé mardi le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, expliquant qu'il n'y avait "aucun problème à réserver" un billet d'avion pour les outremers.