dimanche 15 septembre 2019
A VOIR

|

Paea : le gendarme auteur d’un coup de feu mortel jugé le 28 août

Publié le

Publié le 15/08/2018 à 12:52 - Mise à jour le 13/06/2019 à 13:20
Lecture 2 minutes

Le 27 avril 2017 vers minuit, dans une habitation de la servitude Pito à Paea, un homme de 37 perdait tragiquement la vie, atteint d’une balle d’un pistolet automatique tirée par un gendarme.

Les militaires intervenaient car le trentenaire et un autre homme se battaient. Inquiet de la tournure des évènements, le plus gradé, un sous-officier, a voulu utiliser son pistolet à impulsion électrique (Taser) pour immobiliser la victime. Mais c’est de son pistolet automatique dont il a fait usage.

Le juge d’instruction en charge de ce dossier vient de rendre son ordonnance de renvoi, comme le rapporte ce jeudi La Dépêche de Tahiti. Dans ce document que TNTV a également pu consulter, le magistrat demande à ce que le gendarme comparaisse devant le tribunal correctionnel pour homicide involontaire.  Il reproche en effet au sous-officier, plusieurs manquements.

D’abord, de ne pas avoir fait un usage progressif du matériel d’intervention: la matraque télescopique, puis les lacrymogènes, et, enfin, le Taser. D’autant que les militaires “n’étaient pas en danger” le soir du drame.

“Je suis conscient d’avoir tué un homme”

En outre, le gendarme avait placé ses deux pistolets (automatique et à impulsion) du même côté de son ceinturon allant ainsi à l’encontre “des consignes” de la hiérarchie et même “du bon sens “.

Autant de manquement qui ont abouti à la mort involontaire du trentenaire.

Le sous-officier devrait comparaitre le 28 août devant le tribunal correctionnel de Papeete. Un procès attendu par les proches de la victime.

Si ceux-ci savent que le gendarme n’avait aucune volonté de tuer, “ils attendent malgré tout qu’il soit sanctionné pour les erreurs qu’il a commises en ne respectant pas la procédure”, selon leur avocat Me Christophe Rousseau-Wiart. Et le conseil d’ajouter : “Ils sont toujours un peu en colère mais ils comprennent mieux ce qu’il s’est passé.”

Le sous-officier appartient toujours actuellement à la gendarmerie. S’il était condamné par le tribunal correctionnel, des sanctions disciplinaires pourraient également être prises en interne à son encontre. 

En garde à vue, effondré, le militaire avait déclaré : “Je regrette au plus profond ce qui s’est passé (…) C’est un accident. Je n’avais aucune raison d’utiliser mon arme à feu. Je suis conscient d’avoir tué un homme et, peut-être, détruit sa famille.”

J-B. C. 

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Les dangers des réseaux sociaux

Internet et les réseaux sociaux sont-ils des pièges dont les premières victimes sont les adolescents ? La question est plus que jamais d’actualité. En Polynésie, on n’échappe pas à l’utilisation intensive du Web qui peut parfois mener à des dérives. Pour éviter les pièges, la gendarmerie met régulièrement en place des actions. Les professionnels de santé se sont aussi saisis de cette problématique.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Puunui : trop de maisons, pas assez d’eau

Sur les hauteurs de Puunui, la pression de l’eau ne cesse de diminuer. En plus de la sécheresse, depuis 18 ans, le nombre d’habitations implantées sur ce domaine agricole, a explosé.

Un dernier hommage au brigadier Loïc Ly Sao

Vive émotion ce matin au commissariat de Papeete. L’ensemble du personnel de la DSP s’est réuni pour un dernier au-revoir à Loïc Ly Sao, leur collègue décédé dans un accident de VTT, dimanche dernier au Pic Vert.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV