mercredi 12 mai 2021
A VOIR

|

Moorea : un homme encourt la prison à vie pour viol et tentative de meurtre

Publié le

Publié le 26/02/2019 à 15:33 - Mise à jour le 07/06/2019 à 16:35
Lecture 2 minutes

Les photos de la victime prises par les enquêteurs peu après son agression sont difficilement soutenables. Son visage tuméfié et les profondes marques de strangulation qui lacèrent son cou témoignent du calvaire qu’elle a subi.

Le 14 janvier 2017, alors qu’elle rentrait chez elle en début d’après-midi à Maharepa, cette femme de 54 ans avait surpris un inconnu sortir de son domicile. L’homme lui avait immédiatement décoché des coups de poings et de pied d’une violence inouïe. Puis il l’avait traînée dans la maison, l’avait violée à plusieurs reprises, avant de l’étrangler et de la laisser inerte sur le sol. La croyant morte, l’agresseur avait ensuite répandu du liquide inflammable dans la maison puis l’avait incendiée. La victime, dans un réflexe de survie, était parvenue in extremis à s’extraire du fare.

Une agression sauvage et choquante, même pour les habitués des prétoires. « Les faits sont difficiles. Je pense qu’ils sont abjects en ce qui nous concerne. Mais pour l’accusé, il y a aussi un parcours de vie qui a été extrêmement difficile. Donc on va essayer de savoir si effectivement, on peut arriver à comprendre la violence de ce personnage. Maintenant, vous savez, même les criminels ont à nous apprendre sur nous-mêmes » explique maître Benoit Bouyssié, avocat de la victime. 

La victime est encore particulièrement marquée par son calvaire. Et il lui a fallu surmonter ses angoisses pour assister à l’ouverture du procès. « C’était déjà difficile de franchir les portes du tribunal, ensuite de rentrer dans la salle d’audience, de croiser le regard de son agresseur… C’est une étape qu’elle a réussi à franchir. Pour le moment, la seule chose qu’elle espère, c’est passer une seconde, une heure, l’une après l’autre, et de venir à bout de ce procès. Mais elle n’a aucune perspective d’avenir pour le moment » poursuit son avocat.

Depuis le box des accusés, l’agresseur, à la carrure de boxeur, a déclaré ne pas « comprendre » ce qu’il s’était passé ce jour-là. « Aujourd’hui, je vois l’horreur de ce que j’ai fait », a dit cet homme qui aurait repéré sa victime plusieurs semaines avant de passer à l’acte. Lors de sa garde à vue, l’accusé avait deux obsessions selon le gendarme qui a dirigé l’enquête : celle de sa victime qu’il trouvait belle et désirait, et celle de ne laisser aucune trace de son passage pour ne pas être identifié.

Le procès s’achèvera vendredi. L’accusé encourt la prison à vie.

Jean-Baptiste Calvas

infos coronavirus