lundi 10 août 2020
A VOIR

|

Maupiti : un pêcheur retrouvé mort, un témoin raconte

Publié le

Un pêcheur a été retrouvé mort jeudi à Maupiti. Teavaina Franck Lissant, pompier itinérant en remplacement à Maupiti depuis une semaine était sur place au moment du drame. Il raconte.

Publié le 24/01/2020 à 11:43 - Mise à jour le 27/01/2020 à 9:08
Lecture 2 minutes

Un pêcheur a été retrouvé mort jeudi à Maupiti. Teavaina Franck Lissant, pompier itinérant en remplacement à Maupiti depuis une semaine était sur place au moment du drame. Il raconte.

Le drame a eu lieu lors d’une sortie en mer près de la passe. La victime, âgée de 33 ans était pompier. Il était à la pêche avec 3 autre personnes. Franck était là. Il raconte : « J’habitais chez Ariipaea (…) On était à la pêche. On était 4 à aller à la pêche hier. On avait fait une petite sortie à l’extérieur plus loin. Ensuite on est revenus vers la passe vers environ 16h30. Après une demi heure de pêche il y a eu l’accident du copain. Samy et moi on était dans l’eau claire et cette passe a la particularité d’être en eau trouble de la surface jusqu’à 10 mètres. Il n’y a aucune visibilité. Samy et moi étions dans l’eau claire sur le côté. Le copain s’est aventuré plus vers l’axe de la passe. L’eau était trouble. Il est descendu. Le chauffeur l’aurait aperçu remonter et aussitôt repartir. Lorsqu’il a fait surface il était déjà en syncope et il est retombé au fond avec le poids de sa ceinture. »

Le pompier de formation est alerté par le pilote du bateau : « le pilote est venu me voir et aussitôt je suis remonté sur le bateau pour le rendre dans la zone. J’ai fait une première descente pour ratisser le fond. (…) En apnée je l’ai aperçu. (…) Je suis remonté pour me stabiliser et refaire une descente pour essayer d’aller le chercher. Mais avec le courant, on tombait carrément ailleurs, ce n’était pas évident de ratisser et avec la pression… j’ai refait un deuxième pallier. je l’ai aperçu encore. J’ai demandé au bateau d’essayer de poser un corps mort pour qu’on puisse baliser la zone, pointer la zone où on était. Mais le bateau n’était pas équipé pour. Il n’y avait pas ce qui fallait. (…) On était limité en temps, il fallait tout faire pour sauver notre copain. Le temps passait ».

Les pompiers de l’île, prévenus, se sont rendus sur place. Mais le pêcheur n’a pu être sauvé. « C’était une personne que j’aimai beaucoup. (…) C’était un un très bon pêcheur (…) Je pense qu’il a un peu poussé sur sa descente (…) Il faut être prudent, connaître ses limites et éviter de se mettre en danger », lance Franck.

Dans un communiqué, la présidence adresse ses condoléances à la famille du défunt. Ariipaea Arapa avait débuté son service de pompier d’aérodrome à la direction de l’Aviation civile le 31 mars 2016 sur l’aérodrome de Tatakoto.
Après avoir servi à l’aérodrome de Tatakoto pendant trois ans, il avait été affecté à l’aérodrome de Maupiti, à sa demande.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV