mercredi 21 août 2019
A VOIR

|

Les médecins bagarreurs de Cardella bientôt au tribunal

Publié le

Publié le 12/03/2017 à 13:56 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:21
Lecture 2 minutes

C’est une affaire que TNTV avait révélée et qui avait enflammé les réseaux sociaux. Un chirurgien et un anesthésiste en étaient venus aux mains au bloc opératoire de la clinique Cardella le 19 octobre dernier alors que la patiente était encore présente. Les policiers de la DSP avaient dû intervenir pour séparer les deux hommes.

A l’origine de leur différend, une histoire de médicaments. Alors que se déroule l’opération dans le bloc de la clinique, le chirurgien souhaite prendre des médicaments, mais l’anesthésiste s’y oppose formellement. Le chirurgien est réputé “accro” à certaines substances, d’où le refus de l’anesthésiste. Le ton monte entre les deux hommes et finalement les coups pleuvent. D’abord dans le bloc, puis dans une autre salle de la clinique.

Sur place les policiers appréhendent le chirurgien, considéré comme l’agresseur, et envisagent de le placer en garde à vue. Mais un examen médical sur le mis en cause conclut à “un état incompatible avec la garde à vue”, autant sur le plan physique que psychologique.

Lors de l’enquête, Radio1 révèlera que les policiers ont eu un mal fou à entendre le chirurgien. Interpellé à plusieurs reprises il a dû être remis en liberté à chaque fois pour raisons médicales. En décembre le chirurgien sera même interné momentanément en unité psychiatrique.

Le 28 mars les deux hommes se retrouveront au tribunal correctionnel. L’anesthésiste comparaîtra pour violences volontaires. Quant au chirurgien il est poursuivi pour violences volontaires mais aussi, « mise en danger d’autrui » (la patiente qui se faisait opérer) et détention non autorisée de stupéfiants.

Bertrand Parent

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.