fbpx
vendredi 6 décembre 2019
A VOIR

|

Les médecins bagarreurs de Cardella bientôt au tribunal

Publié le

Publié le 12/03/2017 à 13:56 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:21
Lecture 2 minutes

C’est une affaire que TNTV avait révélée et qui avait enflammé les réseaux sociaux. Un chirurgien et un anesthésiste en étaient venus aux mains au bloc opératoire de la clinique Cardella le 19 octobre dernier alors que la patiente était encore présente. Les policiers de la DSP avaient dû intervenir pour séparer les deux hommes.

A l’origine de leur différend, une histoire de médicaments. Alors que se déroule l’opération dans le bloc de la clinique, le chirurgien souhaite prendre des médicaments, mais l’anesthésiste s’y oppose formellement. Le chirurgien est réputé “accro” à certaines substances, d’où le refus de l’anesthésiste. Le ton monte entre les deux hommes et finalement les coups pleuvent. D’abord dans le bloc, puis dans une autre salle de la clinique.

Sur place les policiers appréhendent le chirurgien, considéré comme l’agresseur, et envisagent de le placer en garde à vue. Mais un examen médical sur le mis en cause conclut à “un état incompatible avec la garde à vue”, autant sur le plan physique que psychologique.

Lors de l’enquête, Radio1 révèlera que les policiers ont eu un mal fou à entendre le chirurgien. Interpellé à plusieurs reprises il a dû être remis en liberté à chaque fois pour raisons médicales. En décembre le chirurgien sera même interné momentanément en unité psychiatrique.

Le 28 mars les deux hommes se retrouveront au tribunal correctionnel. L’anesthésiste comparaîtra pour violences volontaires. Quant au chirurgien il est poursuivi pour violences volontaires mais aussi, « mise en danger d’autrui » (la patiente qui se faisait opérer) et détention non autorisée de stupéfiants.

Bertrand Parent

Fruits et légumes : la guerre des marges

Les maraîchers du fenua tirent la sonnette d’alarme. Le 15 février de cette année, sans concertation avec les producteurs, le gouvernement retire tous les fruits et légumes de la liste des PPN et des PGC, à la demande de la fédération générale du commerce. Chaque commerçant devient donc libre de fixer ses prix. Deux syndicats agricoles demandent au gouvernement des marges réglementées pour sauver l’agriculture locale.

Que deviennent les déchets des bateaux de plaisance ?

Sur terre ou sur la mer, le tri est un réflexe pour les éco-citoyens. Dans le cadre de la semaine de réduction des déchets, nous nous sommes intéressés aux marins qui ont choisi de vivre à bord d’un voilier. Souvent pointés du doigt et accusés de polluer les lagons, ils se défendent : ces gens de la mer prônent un mode de vie écolo.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Pose de la première pierre du second projet de...

Le ministre du Logement et de l’Aménagement du territoire, en charge des transports interinsulaires, Jean-Christophe Bouissou, a participé, vendredi matin à Taravao, à l’inauguration des six derniers fare de la résidence Rarouri, ainsi qu’à la pose de la première pierre du deuxième projet de Niuhiti promotion, opérateur de logement social privé.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X