vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

L’église et la DSP s’unissent contre la ice

Publié le

Devant l’ampleur sans précédent du trafic de ice, la DSP et l’église protestante ma’ohi se sont rapprochés afin de sensibiliser les parents sur les dégâts de ces cristaux. Une drogue qui touche de plus en plus de jeunes, proies faciles des dealers selon la police.

Publié le 10/12/2019 à 17:21 - Mise à jour le 11/12/2019 à 14:58
Lecture 2 minutes

Devant l’ampleur sans précédent du trafic de ice, la DSP et l’église protestante ma’ohi se sont rapprochés afin de sensibiliser les parents sur les dégâts de ces cristaux. Une drogue qui touche de plus en plus de jeunes, proies faciles des dealers selon la police.

« Si vous entendez quelque chose, venez nous voir, on vous garantit l’anonymat, mais il nous faut au moins l’information, c’est à partir de ça que l’on peut faire notre travail » assure Any Colombani, de la brigade des Stup. Réunis ce mardi matin au synode de Paofai, la DSP et l’église protestante ma’ohi ont ouvert un débat sur l’impact de la ice en Polynésie. Le trafic des cristaux transparents a pris une telle ampleur qu’il détruit des familles. Mais si tout le monde en entend parler, tout le monde n’a pas forcément saisi les dégâts qu’elle laisse sur son passage.

Pour la DSP il s’agit donc de secouer les consciences. « Nous avons présenté des images chocs pour que ça marque les esprits, indique Mario Banner, directeur de la DSP. Les paroisses sont à mon sens un vecteur de communication extraordinaire. L’église protestante est très structurée, elle a les moyens de faire redescendre l’information à la base, c’est-à-dire vers les paroisses, et donc vers les parents. »

Car sur les quelques dizaines de kilos qui pénètrent le marché polynésien, il faut bien des consommateurs. Proies faciles, les jeunes sont de plus en plus touchés.

« Toutes les classes sociales sont touchées »

Any Colombani, de la brigade des Stup

« L’appât du gain est tellement fort que c’est difficile de résister », met en garde la DSP. Et les jeunes sont particulièrement vulnérables face à des dealers désormais aguerris. « Les trafiquants ne vendent que les bons côtés de la ice.  Lorsqu’on goûte la ice, on perd ses repères, une fois dépendant, on n’a plus que ça en tête, on ne jure que par ça, et si on se fait attraper on risque un casier judiciaire », interpelle un responsable de la DSP. « Toutes les classes sociales sont touchées » renchérit Any Colombani.  

Depuis le début de l’année, la police compte déjà sept interventions autour d’établissements scolaires. De quoi nourrir l’inquiétude des paroisses. « On est dépassé par les événements, les parents ne savent plus quoi faire pour recadrer leurs enfants, nous ne sommes pas assez informés sur les dégâts de cette drogue » François Piha’atae, président de l’église protestante ma’ohi.

Hallucinations, anxiété, insomnie : démunis devant l’ampleur du phénomène, les parents ne tarissent pas de questions sur les effets de ces cristaux.

La police et les protestants l’ont bien compris, un travail d’équipe s’impose. La brigade des stup a de nouveau garanti l’anonymat contre toute information liée au trafic de ice. Condition sine qua non pour faire reculer ce fléau.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV