Le naufragé du canot péruvien Smiles retrouvé

Publié le

Les recherches avaient été suspendues lundi 12 juin. Elles ont repris aujourd'hui après que la balise de détresse personnelle du "smiles" ait été déclenché, à nouveau.

Publié le 16/06/2023 à 22:54 - Mise à jour le 17/06/2023 à 11:14

Les recherches avaient été suspendues lundi 12 juin. Elles ont repris aujourd'hui après que la balise de détresse personnelle du "smiles" ait été déclenché, à nouveau.

L’aventurier américain Aaron Carotta avait quitté l’Amérique du Sud en vue d’un tour du monde en solitaire à bord d’un canot à rames, le Smiles. Il avait déclenché une balise de détresse le 31 mai. Il était en avarie électrique et son signal n’avait plus été capté par la suite. Cinq navires de commerce et quatre navires de plaisance avaient participé aux recherches. Elles avaient cessé le 12 juin.

Elles ont repris ce jeudi 15 juin en début de matinée après que la balise de détresse personnelle du Smiles ont de nouveau été enclenchée. Le Smiles a été renversé par une vague, ce qui a déclenché la balise. Aaron Carotta a embarqué dans son canot de sauvetage.

Le JRCC de Polynésie (Joint Rescue Coordination Centre – Centre de coordination de sauvetage aéronautique et maritime) a sollicité pour les recherches, le concours d’un aéronef des garde-côtes américain (USCG) de passage en Polynésie.

C’est début d’après-midi que l’aéronef a repéré à plus de 530 nautiques (950 km) à l’est de l’archipel des Marquises, le canot de sauvetage du naufragé. Le navire le plus proche, le pétrolier Baker Spirit s’est porté à son secours, à la demande du JRCC. Le Baker Spirit qui se trouvait à 214 nautiques (390 km) du naufragé a mis 18 heures pour le rejoindre. Le pétrolier a repéré le canot de sauvetage vers midi ce vendredi. Après avoir été hissé à bord, le naufragé a pu subir un examen médical. Le pétrolier a ensuite repris sa route en direction de Hawaii, où le rescapé de nationalité américaine, pourra débarquer.

Le haut-commissariat tient à souligner que l’utilisation de la balise de détresse a permis de localiser le naufragé et d’engager chaine de secours. Une coopération entre les JRCC de Polynésie et de Hawaii.

Le centre de coordination de sauvetage aéronautique et maritime de Polynésie rappelle qu’il est important d’emporter une balise de détresse (PL ou EPIRB) lors des sorties en mer. L’équipement reconnu par le système mondial de détresse et de sécurité en mer permet de « prévenir immédiatement les secours et participe au radioguidage des unités de recherche et de sauvetage. »

Dernières news