samedi 11 juillet 2020
A VOIR

|

Le marin équatorien en détresse respiratoire aux Marquises évasané à l’hôpital de Taaone

Publié le

Suite à un appel de détresse lancé par un navire de pêche équatorien, le Charo, une opération d’assistance médicale a été organisée en liaison avec le JRCC, le Samu, le haut-commissariat et les forces armées en Polynésie française, pour porter secours à un marin dont le pronostic vital était engagé, informe le haut-commissariat dans un communiqué.

Publié le 21/05/2020 à 10:30 - Mise à jour le 21/05/2020 à 10:32
Lecture 3 minutes

Suite à un appel de détresse lancé par un navire de pêche équatorien, le Charo, une opération d’assistance médicale a été organisée en liaison avec le JRCC, le Samu, le haut-commissariat et les forces armées en Polynésie française, pour porter secours à un marin dont le pronostic vital était engagé, informe le haut-commissariat dans un communiqué.

L’un des marins du Charo était en détresse respiratoire, forçant ce thonier équatorien, qui naviguait au nord des Marquises en dehors de la Zone économique exclusive de la Polynésie française, de rejoindre la Terre des Hommes qui se situait à 2 jours de navigation, contre 15 jours pour rejoindre son port d’attache.

Une opération de secours complexe a été déclenchée mercredi matin sur l’île de Nuku Hiva.

(crédit photo : haut-commissariat de la République en Polynésie française)

Il s’agissait en effet de réaliser l’évacuation sanitaire du marin le plus gravement touché et de tester l’ensemble de l’équipage du navire, tout en respectant un niveau maximum de précautions sanitaires, compte tenu du contexte lié au Covid-19.

(crédit photo : haut-commissariat de la République en Polynésie française)

Pour éviter tout risque éventuel de contamination des habitants de Nuku Hiva, le navire a été isolé dans la baie inhabitée de Haahopu, la plus proche de l’aérodrome de Terre Déserte. L’avion militaire Casa a acheminé sur place, en début de matinée, des médecins et des personnels soignants du Samu, équipés de tenues de protections biologiques complètes, qui ont aussitôt pris en charge le marin gravement atteint qui a pu être stabilisé. Ils ont également procédé à des prélèvements sur l’ensemble des 30 membres d’équipage.

Tout l’équipage a été dépisté. (crédit photo : haut-commissariat de la République en Polynésie française)

Les véhicules et le matériel utilisés ont été plusieurs fois désinfectés lors du transfert du malade entre la baie de Haahopu et Terre Déserte.

Cette opération a été menée avec efficacité dans des délais réduits grâce à la coordination des équipes du Samu, de l’hôpital de Taiohae, des sapeurs-pompiers de Nuku Hiva, des gendarmes et des mutoi qui n’ont pas hésité à se mobiliser pour sauver une vie humaine.

(crédit photo : haut-commissariat de la République en Polynésie française)

Le Casa a décollé pour Tahiti aux environs de 12 heures, transportant le malade tandis que l’équipage a regagné le bateau de pêche qui repart en mer.

L’ensemble de l’opération a été localement supervisé par M. Benoît Kautai, maire de Nuku Hiva, et par Guillaume Audebaud, chef de la subdivision administrative des îles Marquises.

(crédit photo : haut-commissariat de la République en Polynésie française)

A son arrivée à Tahiti à 15h15, le malade a été transféré dans une ambulance du Samu vers le Centre hospitalier de la Polynésie française où il a été pris en charge dans le cadre des protocoles sanitaires stricts prévus pour les malades du Covid. Les résultats sont en cours d’analyse.

L’équipe militaire de désinfection présente sur le territoire est intervenue dans l’avion Casa pour lui permettre de pouvoir repartir sur une éventuelle nouvelle mission sans rupture de capacités.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV