La victime de Mataiea a été ligotée, frappée et étranglée, selon le parquet

Publié le

L’homme retrouvé sans vie, dimanche soir à Mataiea, est décédé d’une « asphyxie par strangulation », selon un communiqué de la procureure de la République, Solène Belaouar. Désormais, ce sont 5 personnes, dont deux mineurs, qui se trouvent en garde à vue. Une enquête pour « meurtre » et « trafic de stupéfiants » a été ouverte.

Publié le 25/09/2023 à 17:50 - Mise à jour le 26/09/2023 à 8:33

L’homme retrouvé sans vie, dimanche soir à Mataiea, est décédé d’une « asphyxie par strangulation », selon un communiqué de la procureure de la République, Solène Belaouar. Désormais, ce sont 5 personnes, dont deux mineurs, qui se trouvent en garde à vue. Une enquête pour « meurtre » et « trafic de stupéfiants » a été ouverte.

Dans un communiqué, Solène Belaouar, confirme la découverte « dans un terrain vague, du corps sans vie d’un homme ligoté au niveau des poignées et des chevilles et au visage tuméfié ». L’autopsie réalisée ce lundi a montré que la victime présentait « de multiples lésions à la tête et au niveau du visage ». « Il est établi que la cause du décès est liée à une asphyxie par strangulation. Cette autopsie a également permis d’établir avec certitude l’identité de l’homme décédé (…) est connu de la justice pour son implication dans des trafics de stupéfiants », écrit la procureure.

« Grâce aux informations recueillies auprès des témoins présents sur place, trois individus demeurés sur les lieux ont été rapidement interpellés et placés en garde à vue à 22h05, compte tenu de leur possible implication dans le décès de la victime. Ces trois mis en cause, nés à Papeete, sont âgés entre 20 et 36 ans. Ils présentent tous les trois des casiers judiciaires vierges. Au regard de ces mêmes témoignages, deux autres mis en cause, tous deux mineurs, ont été à leur tour placés en garde à vue ce lundi à 8h45 pour l’un et 10h00 pour l’autre », précise encore Solène Belaouar.

Selon celle-ci, « il ressort en outre des premières déclarations des témoins et mis en cause que les faits seraient survenus à l’occasion d’une rixe née entre la victime et les mis en cause dans le contexte probable d’une transaction autour de produits stupéfiants dont la nature reste à déterminer. Cette première version du déroulement des faits reste également à vérifier. Dans ce contexte, les mesures de garde à vue actuellement en cours se poursuivent dans le cadre d’une enquête désormais menée par les services de la section de recherches de Papeete pour des faits de meurtre mais également de trafic de stupéfiants ».

Dernières news